H. Clinton aborde l'Iran et le Pakistan à Londres

RTBF
RTBF - © RTBF

La dernière attaque des talibans témoigne d'une menace "croissante" envers l'Etat pakistanais, a souligné la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, tout en disant faire confiance à Islamabad pour le contrôle des armes nucléaires.

Mme Clinton a par ailleurs lancé une nouvelle mise en garde à Téhéran: la communauté internationale "n'attendra pas indéfiniment" que l'Iran remplisse ses obligations concernant son programme nucléaire controversé, a-t-elle affirmé après des entretiens avec son homologue britannique David Miliband à Londres, deuxième étape de sa tournée européenne.

L'attaque de militants islamistes ce week-end contre le quartier-général de l'armée pakistanaise à Rawalpindi, près d'Islamabad, est un nouveau rappel que les extrémistes "menacent de façon croissante l'autorité de l'Etat" au Pakistan, a-t-elle souligné.

Cependant "nous avons confiance dans le contrôle du gouvernement pakistanais et de l'armée sur ses armes nucléaires". Et "nous ne voyons pas de preuve que (les militants islamistes) vont prendre le pouvoir", a-t-elle relevé.

L'attaque suivie d'une prise d'otages lancée samedi par les talibans sur le quartier général de l'armée pakistanaise, a pris fin dimanche avec un bilan très lourd: huit militaires, trois otages et huit assaillants ont été tués.

Il s'agit de la troisième attaque importante subie par le Pakistan en moins d'une semaine, après que les talibans ont juré de venger la mort de leur chef Baïtullah Mehsud.

Après avoir évoqué à Londres le dossier nucléaire iranien, la secrétaire d'Etat américaine a adressé un ferme avertissement à l'Iran.

"Les paroles ne suffisent pas, nous parlons d'une seule voix pour adresser à l'Iran un message clair: la communauté internationale n'attendra pas indéfiniment que l'Iran montre qu'il est prêt à honorer ses obligations internationales".

La réunion du groupe 5+1 (Chine, Russie, France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne ndlr) à Genève, "a été un début constructif" mais elle doit "être suivie par des actes", a-t-elle ajouté.

Les représentants de l'Iran et des six puissances se sont retrouvés le 1er octobre à Genève pour reprendre les négociations sur le dossier du développement nucléaire de l'Iran interrompues depuis juillet 2008. L'Iran et les Six se sont mis d'accord pour une inspection du nouveau site d'enrichissement d'uranium, près de Qom, dont l'existence a été révélée fin septembre.

Le 19 octobre, au cours d'une nouvelle réunion à Vienne, l'Iran, la Russie, les Etats-Unis et la France, doivent négocier la façon dont l'Iran pourrait faire enrichir son uranium à l'étranger sous contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Sur l'Afghanistan, Hillary Clinton et David Miliband ont affirmé partager la même position.

Avec plus de 9.000 soldats déployés dans ce pays, principalement dans la province méridionale du Helmand, Londres fournit le deuxième contingent de troupes le plus important en Afghanistan. Le Premier ministre britannique Gordon Brown a pourrait donner son accord à un renfort de troupes, selon la presse.

Après un accord historique entre l'Arménie et la Turquie arraché aux forceps à Zurich samedi, Hillary Clinton a eu dimanche des entretiens avec Gordon Brown en fin de matinée, avant de partir pour l'Irlande puis l'Irlande du Nord jusqu'à lundi.

Hillary Clinton est attendue en Russie à partir de mardi.

(AFP)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK