Guerre 14-18: Alvin York, héros de la guerre et directeur d'école

Guerre 14-18: Alvin York, héros de la guerre et directeur d'école
Guerre 14-18: Alvin York, héros de la guerre et directeur d'école - © Tous droits réservés

C’est une simple pochette en cuir marron, qui porte l’inscription "Sgt Alvin C. York" en lettres d’or. Elle appartient à un héros américain de la Première guerre mondiale devenu directeur d’école pour les enfants défavorisés.

En 1917, Alvin York, un fermier illettré du Tennessee âgé de 30 ans, est mobilisé pour aller se battre en France. "Il avait toujours vécu à la campagne, il ne connaissait rien du monde extérieur, il ne savait pas pourquoi on se battait", raconte à l’AFP son petit-fils, Gerald York, colonel de l’armée à la retraite, à son domicile de Mount Vernon près de Washington.

En octobre 1918, ce caporal est le héros de la bataille de Meuse-Argonne, près de Verdun, l’ultime offensive alliée qui va faire plier l’armée allemande. Avec son groupe, sous le feu ennemi, ce tireur d’élite tue 25 soldats allemands et fait plus d’une centaine de prisonniers. Il est promu sergent et collectionne les récompenses militaires dont la médaille d’honneur, la plus haute distinction américaine, la Croix de guerre et la Légion d’honneur françaises. Au total, une cinquantaine.

Après l’armistice, il reste en France quelques mois avant d’être accueilli en héros à New York.

>> À lire aussi : Centenaire 14-18: après la guerre, comment réparer les vivants ?

"À cause de ce qu’il avait vu en France et à New York, parce qu’il avait senti que son manque d’éducation était un frein réel, il a décidé de créer une école et des infrastructures de qualité dans sa communauté. Il voulait que tous les enfants du Tennessee aient une chance", dit Gerald York.

Le sergent York crée une fondation et, toujours accompagné de sa pochette marron, parcourt le pays, profitant de son statut de héros de guerre pour financer son projet d’école, qui voit le jour en 1926 à Jamestown. Pendant dix ans, et malgré la grande dépression, il paye les enseignants, les bus de ramassage scolaire ou la construction de routes autour de l’établissement.

Ce fervent chrétien, membre d’une petite congrégation pacifiste, disait peu avant sa mort en 1964: "je veux qu’on se souvienne de moi pour ma contribution à l’éducation", assure Gerald York.

L’Institut Alvin C. York, devenu un lycée public, existe toujours.

Retrouvez d’autres contenus liés à la Grande Guerre sur le site dédié RTBF.BE/1418.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK