Le Guatemala annonce son retrait de la commission onusienne contre la corruption

La ministre des Affaires étrangères Sandra Jovel a fait l'annonce lors d'une conférence de presse à New York.
La ministre des Affaires étrangères Sandra Jovel a fait l'annonce lors d'une conférence de presse à New York. - © FADEL SENNA - AFP

 Le Guatemala a annoncé lundi son retrait de la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala (Cicig), organe soutenu par l'ONU. La ministre des Affaires étrangères Sandra Jovel en a fait l'annonce lors d'une conférence de presse à New York. Elle a affirmé espérer que le Secrétaire général Antonio Guterres de l'ONU respecterait la décision souveraine du pays.

 

Déclaration de Sandra Jovel, ministre guatémaltèque des Affaires étrangères (espagnol)

Le Guatemala, l'un des pays les plus corrompus au monde 

Sandra Jovel a indiqué que l'accord entre l'ONU et la Cicig devait être dissolu dans les 24h00 et que les équipes de la commission étaient sommées de quitter le pays. La ministre a néanmoins insisté sur le fait que le pays continuerait à lutter contre la corruption. En septembre dernier, le Guatemala a refusé d'autoriser le chef de la Cicig, Ivan Velasquez, de pénétrer dans le pays, citant des risques sécuritaires que sa présence pourrait causer. M. Velasquez a demandé que l'immunité du président Jimmy Morales soit levée en raison de suspicion de financements illégaux de sa campagne électorale. La commission émanant de l'ONU a soutenu le pays d'Amérique centrale dans son combat contre la corruption et le crime organisé. Le Guatemala est considéré comme un des pays les plus corrompus au monde. En 2015, la Cicig a contribué à la démission forcée du président précédent Otto Perez Molina (2012-2015) en mettant en lumière un réseau criminel lié aux autorités. 

Archives : Journal télévisé 06/09/2015

En mai 2015, le Guatemala doit se choisir un nouveau président dans un climat pour le moins agité. Les scandales de corruption se multiplient déjà. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK