Guantánamo, Tigré, Iran : plusieurs manifestations accueillent Joe Biden à Bruxelles

L’annonce de la visite protocolaire de Joe Biden en Belgique, qui durera trois jours, n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Plusieurs associations ont en effet accueilli le président avec des manifestations, sur des sujets divers. Ainsi, Amnesty International a profité de la visite du président américain pour se rassembler lundi après-midi près de l’ambassade des Etats-Unis, où réside Joe Biden.

Les représentants de l’ONG de défense des droits humains entendaient interpeller le président sur sa promesse de fermer la tristement célèbre prison de Guantánamo, ouverte en 2002 par George W. Bush. "Déjà en 2009, quand il était vice-président, Joe Biden a promis de fermer Guantánamo. Nous voici douze ans plus tard, il est maintenant président et la prison est toujours là. Elle est toujours le théâtre de violations des droits de l’Homme et reste une tache pour les États-Unis, depuis maintenant plus de 19 ans", a déclaré Wies De Graeve, directeur de la section flamande d’Amnesty International.


►►► À lire aussi : Un détenu de Guantanamo dépose plainte à l'ONU pour détention arbitraire


Lors de la manifestation, les militants d’Amnesty ont arboré les portraits de 40 prisonniers encore détenus à Guantánamo. Afin de planter le décor, un prisonnier symbolique, agenouillé, en tenue orange et encagoulé, a été mis en évidence, accompagné des chants des manifestants appelant à la fermeture du centre pénitentiaire et d’une grande banderole sur laquelle on pouvait lire "Go Joe, close Guantánamo". Cela fait donc maintenant 19 ans que Guantánamo existe en tant que centre de détention et Amnesty espère qu’il n’y aura pas de 20e anniversaire à "célébrer".

Un rassemblement aux couleurs de l’Iran s’est également tenu vers 13h devant l’ambassade américaine, avenue des Arts. Le Conseil national de la Résistance iranienne en Belgique a appelé Joe Biden à condamner "le terrorisme d’État du régime iranien", à quelques jours des élections présidentielles dans le pays. Les manifestants demandent "une politique plus dure contre le régime de Téhéran responsable de violations des droits humains", et estime nécessaire "une politique audacieuse de la part des États-Unis et des pays européens contre les ambitions des ayatollahs en matière de fabrication de bombes nucléaires, de répression à l’intérieur du pays et d’activités terroristes à l’étranger".


►►► À lire aussi : Une fuite médiatique illustre les divisions profondes de la classe politique en Iran : "A qui profite le crime ?"


3 images
La manifestation d’opposition iranienne, devant l’ambassade des Etats-Unis. © L.VDB. – RTBF

Par ailleurs, un rassemblement contre la répression au Tigré, en Ethiopie, a eu lieu vers midi devant un magasin de sport en face du siège de l’Otan. Les manifestants réclamaient "la fin du génocide" au Tigré, une région de l’Éthiopie en proie à la guerre civile entre les rebelles et le gouvernement du président Abiy Ahmed. Les manifestants protestent notamment contre l’usage de phosphore blanc par les forces gouvernementales pour réprimer les insurgés. Selon les autorités éthiopiennes elles-mêmes, des viols ont été perpétrés par des policiers et des militaires sur la population tigréenne. L’Unicef estime que 30.000 enfants sont en proie à la famine dans la région.


►►► À lire aussi : Entre Erythréens et Tigréens d'Ethiopie, une haine séculaire


3 images
La manifestation contre la répression au Tigré, près du siège de l’Otan. © L.VDB. – RTBF

La manifestation, d'une centaine de personnes, a pénétré dans le périmètre de sécurité établi autour du siège de l’Otan, nécessitant l’intervention des forces de police. 4000 agents ont été déployés à l'occasion du sommet, soit 10% des effectifs totaux de la police belge, selon une source proche du ministère de l'Intérieur.

D'autres manifestations ont pu être aperçues autour du siège de l'Otan, dont les pays membres se réunissent ce lundi pour parler notamment de sécurité.

Joe Biden en Belgique, dans notre 19h30 du 14 juin :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK