Grèce: Une députée néonazie qualifie les immigrés de sous-hommes au Parlement

Une parlementaire du parti néonazi Aube dorée a créé un incident au parlement grec
Une parlementaire du parti néonazi Aube dorée a créé un incident au parlement grec - © AFP PHOTO /LOUISA GOULIAMAKI

Une députée néonazie du parti Aube dorée, membre controversée d'un comité anti-discrimination du Conseil de l'Europe, a provoqué un incident de séance au Parlement grec jeudi, en qualifiant les immigrés de "sous-hommes".

Au vu du refus de l'intéressée, Eléni Zaroulia, de revenir sur ses propos, le président de séance, le député de l'opposition de gauche Iannis Dragasakis, a saisi la Conférence des présidents de la chambre. Cet organe interne a formellement condamné l'attitude de la parlementaire, a indiqué l'agence de presse grecque Ana.

La députée s'était lancée dans une diatribe pour dénoncer les droits consentis selon elle aux immigrés, et réclamer un traitement à part pour ceux de souche grecque ayant afflué notamment d'Albanie et de Russie.

"Il est inacceptable qu'ils soient assimilés à ce genre de sous-hommes qui ont envahi notre patrie, avec toutes les maladies qu'ils trimballent", a-t-elle lancé, soutenue à grands cris par son groupe parlementaire.

Pas de rappel à l'ordre

Appelé à intervenir par M. Dragasakis, le ministre de l'Intérieur, le conservateur Euripide Stylianidis, s'est pour sa part refusé à tout rappel à l'ordre, se limitant à invoquer les "positions connues" officielles contre "la logique discriminatoire", selon l'Ana.

Entrée au parlement lors des élections de juin qui ont vu son parti néonazi Aube Dorée rafler 18 sièges et 7% des voix, Eléni Zaroulia a été nommée début octobre à la Commission sur l'égalité et la non-discrimination de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, au grand dam des militants anti-racistes et des organisations juives.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK