Grèce: retour à la case élections, nouvelle tempête sur l'eurozone?

La réunion de la dernière chance est un échec: les Grecs revoteront
La réunion de la dernière chance est un échec: les Grecs revoteront - © AFP PHOTO / POOL / ARIS MESSINIS

Le dirigeant socialiste grec Evangélos Vénizélos a annoncé mardi que la Grèce devrait "hélas" retourner à des élections législatives, en principe dans un mois, faute d'un accord sur la formation d'un gouvernement de coalition après le scrutin du 6 mai. L'euro décroche.

"Nous allons de nouveau vers des élections, dans quelques jours, dans de très mauvaises conditions", a affirmé Evangelos Vénizélos, à l'issue d'une réunion cruciale avec quatre autres chefs de partis politiques, convoquée par le chef de l'EtaT Carolos Papoulias. "Les efforts de formation d'un gouvernement se sont conclus sans succès", a dans la foulée confirmé un communiqué de la Présidence, lu en direct par un journaliste de la télé publique Net.

Un peu plus tôt, le chef de file des Grecs indépendants avait indiqué qu'aucun accord n'avait été trouvé lors de la réunion au palais présidentiel à Athènes.

Vers 15H45 (13H45 GMT), la plupart des places financières européennes étaient dans le rouge après un début de matinée dans le vert. Paris perdait 0,65%, Londres 0,58%, Francfort 1,12% et Madrid 1,58%. En Italie, où l'agence de notation Moody's a jeté un froid lundi soir en dégradant la note des grandes banques du pays, la Bourse chutait de 1,84%.

L'euro plongeait, tombant sous le seuil de 1,28 dollar pour la première fois depuis quatre mois, pour s'échanger à 1,2771 dollar, contre 1,2830 dollar la veille au soir.

La Grèce a confirmé mardi la gravité de la récession dans laquelle elle s'enfonce, avec un PIB qui a chuté de 6,2% au premier semestre.

Le pays a dû aussi payer plus cher pour lever 1,3 milliard d'euros en bons du Trésor à trois mois, consentant un taux de 4,34%, au lieu de 4,20% le 17 avril.

 

T.N. avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK