Grèce : "Catastrophe écologique" sur l'île d'Eubée ravagée par les flammes

Les pompiers grecs se battaient encore ce mercredi pour contenir l’important incendie qui ravage depuis plus de 72 heures l’un des refuges les mieux préservés de la faune et la flore sauvages en Grèce, sur l’île d’Eubée, où les autorités déplorent déjà "une énorme catastrophe écologique".

"C’est une énorme catastrophe écologique dans une forêt de pins unique", qui était restée "intacte" jusqu’à ce jour, a déclaré le gouverneur régional sortant Costas Bakoyannis.

Mais les pompiers sont pour la première fois optimistes, le feu est presque sous contrôle. Les vents et les températures aident à circonscrire le feu, même s’il devrait encore durer plusieurs jours. La configuration de la forêt fait qu’il est difficile d’en venir à bout.

Le sinistre, qui évolue sur un front de 12 km, n’a pas fait de victime mais a entraîné l’évacuation de quatre villages sur l’île d’Eubée, la deuxième île grecque par sa taille après la Crète, située à une centaine de km au nord-est d’Athènes. Ils sont revenus ce mercredi matin chez eux.

Le feu, qui s’est déclaré en bord de route mardi à 3h00 du matin, s’est rapidement propagé, sous l’effet des rafales de vent, à la végétation très dense et sèche du centre de l’île, une pinède classée pour sa faune et sa flore sauvage.

Le Premier ministre grec s’est rendu sur place ce mercredi et a annoncé qu’il y aurait des dédommagements pour les agriculteurs et apiculteurs qui ont tout perdu dans les incendies.

Evacuation des habitants

Le sinistre a provoqué l’évacuation les villages de Kontodespoti, Macrymalli, Stavros et Platana, au centre de l’île, et menacé la ville de Psachna pendant la nuit, ont déclaré les autorités.

"De Psachna à Kontodespoti et Makrymalli, tout est brûlé. Nous avons la chance de ne pas avoir de victimes humaines", a rapporté Thanassis Karakatzas, un responsable de la protection civile, à l’agence grecque ANA.

Le ministre grec de la Santé Vassilis Kikilias s’est également félicité qu’il n’y ait eu ni blessure, ni problème respiratoire qui nécessite d’hospitalisation. Par précaution, trois ambulances sont restées stationnées dans le secteur, a-t-il tweeté.

Quelque 200 pompiers sont sur place, aidés de 75 véhicules terrestres, neuf hélicoptères et sept avions bombardiers d’eau, selon les services d’incendie grecs.

Un bombardier d’eau italien devait venir leur prêter main-forte dans la journée, avant le renfort attendu dans la soirée de deux avions d’Espagne et d’un autre d’Italie. A la demande de la Grèce, l’UE a mobilisé ses moyens du mécanisme rescUE, opérationnel en prévision des feux de forêt en Europe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK