Grèce : à Lesbos, des migrants accostent dans les insultes et les cris (vidéos)

"Écœurante", "choquante", "inhumaine". Les commentaires souvent indignés ont affleuré sur la toile après la diffusion d’images récentes en provenance de l’île grecque de Lesbos. Dans le premier extrait qui suit, on voit comment des gardes-côtes grecs repoussent des embarcations de migrants en provenance de Turquie. En guise d’intimidation, des tirs sont d’abord ordonnés. Les balles atterrissent dans l’eau, non loin du canot des candidats à l’exil. Objectif : empêcher les migrants de rejoindre la terre ferme. Plus loin, on se rend compte de l’énergie déployée par ces mêmes gardes-côtes afin de tenter de dissuader les migrants d’accoster.

La tension est des plus vives sur l’île de Lesbos après la décision de la Turquie d’ouvrir ses frontières vers l’Europe. Les migrants sont arrivés plus nombreux que d’habitude, ce dimanche, à la faveur d’une météo clémente. Au moins 500 migrants ont accosté à bord d’une dizaine d’embarcations, en l’espace d’une matinée.

Sur le port de Thermi, ce sont des habitants furieux, dont de nombreux militants d’extrême droite, qui ont eux-mêmes tenté d’empêcher plusieurs embarcations de débarquer. Sur les images qui suivent, on distingue une soixantaine de migrants, partis à l’aube de Turquie, bloqués en mer sur leur embarcation, se faire insulter par des individus depuis le quai. Les passagers resteront plus de deux heures dans leur canot, sous les cris et les insultes avant que des gardes-côtes ne leur viennent en aide, en les rapatriant dans un navire de patrouille afin de les emmener en lieu sûr.

Des tensions très vives dont journalistes et photographes présents pour couvrir les événements ont fait les frais. Un reporter étranger a été pris à partie par un groupe d’individus : il a été jeté à terre et molesté. Son matériel a fini jeté à la mer.

Sur la route du camp surpeuplé de Moria, où plus de 19.000 migrants sont hébergés, un autre groupe d’habitants munis de chaînes et de pierres ont tenté d’empêcher les bus de la police transportant les demandeurs d’asile d’accéder au centre de réception et d’enregistrement. Selon les autorités grecques, 1300 demandeurs d’asile ont réussi à gagner les îles égéennes entre dimanche matin et lundi. Un petit garçon est mort, aujourd’hui, au large de Lesbos, lors du naufrage d’une embarcation chargée d’une cinquantaine de migrants.

Pour rajouter encore à la tension ambiante, des violences ont en outre éclaté, ce lundi, entre policiers et demandeurs d’asile du camp de Moria. Ils étaient plusieurs centaines à dénoncer des conditions inhumaines. La police a procédé à des tirs de gaz lacrymogènes, tandis que des manifestants ripostaient avec des lancers de projectiles.


Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK