Grèce: 13 000 personnes sont sans domicile fixe à Athènes, selon une ONG

"La majorité des 1500 sont des chômeurs ou des toxicomanes, abandonnés après la fermeture des centres de désintoxication pour cause de crise", a indiqué le président de Praksis, Tzanetos Antypas.

En revanche, "la plupart des 11 500 sont des immigrés sans papiers, entassés à 15 ou 20 personnes dans des appartements délabrés du centre d'Athènes", souligne-t-il.

La Grèce manque de statistiques officielles sur le nombre des SDF et toute enquête menée par des organisations est souvent "approximative ou parfois exagérée", estime Tzanetos Antypas en faisant allusion à une récente évaluation à 25 000 du nombre de SDF à Athènes, publiée l'année dernière.

La crise a fait apparaître un nouveau profil des sans logis, dit-il. Actuellement "on voit dans les rues des personnes, surtout des hommes entre 40 et 55 ans, des chômeurs ou des gens qui ne peuvent plus payer leur loyer ou assumer les responsabilités de leurs familles", alors qu'auparavant c'était plutôt des jeunes immigrés ou toxicomanes, précise M. Antypas.

Créée en 2004 et forte de 120 salariés et 580 bénévoles, Praksis est responsable de deux centres de santé pour les immigrés ou les SDF à Athènes et Salonique (nord) et un centre pour les enfants victimes de traficking au port de Patras (ouest).

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK