Grande-Bretagne: les pubs mis à mal par la crise

RTBF
RTBF - © RTBF

En Grande-Bretagne, les bars ferment à tour de rôle avec des conséquences pour l'emploi. Outre la récession économique ce sont aussi les réglementations en matière de lutte contre l'alcoolisme qui sont pointées du doigt.

Sept bars par jour sont obligés de mettre la clé sous le paillasson, causant la perte de 24 000 emplois. Dans certains villages il n'y a plus un seul pub. Dans le pays, c'est pourtant tout un symbole.

Sans ces cafés, c'est le centre de la vie sociale qui n'existe plus. En ville, ils sont parfois remplacés par les pubs et cafés modernes des grandes chaînes, qui ouvrent eux, à raison de deux par semaine.

Dans le paysage urbain, disparaît aussi la traditionnelle public house. A la fin des années 90, le verre de Chardonnay médiocre, mais plus chic, plus cher et bu moins vite a commencé à détrôner la bière soutirée ou à la pression dans les milieux urbains aisés. Mais c'est en 2007, avec la loi anti-tabac, que l'hécatombe des pubs a vraiment commencé, à raison de 27 par semaine. La chasse à l'alcoolisme et cette année, la récession, en précipite la fin.

Ces six derniers mois, 24 mille employés de pub se sont retrouvés au chômage. Pourtant ce n'est pas aux pubs que les deux mille enfants hospitalisés à Londres pour alcoolisme ont pris leurs habitudes.

Dans la capitale, les onze à quinze ans, boivent l'équivalent de 180 000 bouteilles de bière par semaine, sans jamais entrer au pub.

(F. Bellone)

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK