Grande-Bretagne: le leader travailliste Jeremy Corbyn charge "l'establishment"

Le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn, le 20 avril 2017 à Londres
Le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn, le 20 avril 2017 à Londres - © BEN STANSALL

Le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a livré ce jeudi une charge contre l'élite représentée selon lui par les conservateurs au pouvoir, qu'il affirme pouvoir battre lors des législatives anticipées du 8 juin malgré des sondages au plus bas.

"C'est l'establishment contre les gens" qui se joue dans ces élections, a dit Jeremy Corbyn lors de son premier discours de campagne à Londres, au lendemain du feu vert donné par le Parlement à la tenue du scrutin législatif avec trois ans d'avance sur le calendrier électoral.

"Le Parti conservateur est le parti des privilégiés", a-t-il dit, accusant la Première ministre Theresa May de consentir des déductions fiscales aux grosses entreprises et aux plus riches tout en coupant dans les dépenses sociales et en désignant les immigrés et les bénéficiaires d'aide sociale à la vindicte populaire.

"Ce sont des règles du passé, qui ont drainé les richesses vers une petite élite", a encore lancé le leader de la principale formation d'opposition britannique.

2500 nouveaux sympathisants en 24 heures

Face aux enquêtes d'opinion qui prédisent une sévère défaite au Labour -il est crédité de 24% des voix contre 48% pour les Tories selon un sondage YouGov publié jeudi-, il a affirmé pouvoir renverser la vapeur en proposant un programme pour "tous les Britanniques et pas seulement quelques-uns".

"Déjà, 2500 nouveaux sympathisants nous ont rejoints en 24 heures", a-t-il affirmé.

Les législatives du 8 juin ont été convoquées à l’initiative de Theresa May qui compte conforter sa majorité parlementaire de 17 sièges en capitalisant sur la faiblesse des travaillistes, par ailleurs très divisés en interne. Le radical Jeremy Corbyn, élu à la tête du parti par les adhérents en septembre 2015 avant d'être confirmé l'an dernier, n'a pas le soutien des cadres du parti, sur une ligne plus libérale.

Mme May a expliqué que cela lui offrirait une position plus confortable pour négocier les conditions de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et appelé les électeurs à lui donner "un mandat fort" pour faire du Brexit "un succès".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir