Grande-Bretagne: Boris Johnson, plutôt Winston Churchill ou Benny Hill?

Grande-Bretagne: Boris Johnson, plutôt Winston Churchill ou Benny Hill ?
10 images
Grande-Bretagne: Boris Johnson, plutôt Winston Churchill ou Benny Hill ? - © Tous droits réservés

En ce moment à New-York, loin du chaos dans lequel est plongé le Royaume-Uni,- dernier épisode en date, la Cour suprême a jugé illégale la décision du Premier ministre de suspendre le Parlement-, Boris Johnson a donné à l’ONU un discours sortant de l’ordinaire. Parlant du futur des nouvelles technologies et de la science, il a notamment évoqué des villes "pleines de détecteurs", formant "un environnement urbain aussi aseptisé qu’une pharmacie zurichoise" et s’est inquiété de la possibilité de "poulets sans pattes terrifiants dans nos assiettes".

Un discours qui a suscité les rires du public. Bien connu pour ses gaffes et pitreries, Boris Johnson a pris la tête du Royaume-Uni avec la promesse de lui rendre sa grandeur, en le sortant de l’Union européenne.

Il occupe ainsi le poste occupé jadis par Winston Churchill, emblématique Premier ministre britannique, qu’il admire au point d’avoir écrit sa biographie.

Mais en suivra-t-il les traces ? Boris Johnson, plutôt Winston Churchill ou Benny Hill ?

Winston Churchill…

Avant d’entamer une carrière politique, Boris Johnson était journaliste, notamment en poste à Bruxelles pour couvrir l’Union européenne, où les autres correspondants se rappellent de lui comme quelqu’un prenant toute la place, au détriment des autres.

Il avait occupé avant celui un poste au Times, dont il avait été licencié pour avoir inventé une citation.

Les inventions et approximations émailleront sa carrière, notamment quand, en pleine campagne du Brexit – au sujet duquel il a longtemps hésité entre être pour ou contre -, il affirme que 350 millions de livres seraient récupérés chaque semaine si le Royaume-Uni quittait l’Europe. Une somme largement exagérée qui lui vaudra des poursuites pour mensonges, finalement rejetée par la Haute cour de Londres.

Boris Johnson est aussi connu pour ses slogans tapageurs et coups de gueule. "Si vous votez tory (pour le parti conservateur), votre femme aura de plus gros seins et vous augmenterez vos chances d’acquérir un jour une BMW M3", lance-t-il lors d’un meeting politique en 2001.

En 2018, il est critiqué de toutes parts – même par son propre parti – pour avoir affirmé que les femmes portant des burqas ressemblent à des "boîtes aux lettres".

Quel bilan politique ?

Maire de Londres pendant huit ans, élu en 2008 et réélu en 2012, il accueille les Jeux olympiques de 2012 – projet déjà lancé sous son prédécesseur – et lance le système de location de vélos, appelés "Boris Bikes".

Mais il est aussi pointé du doigt pour des dépenses folles et inutiles. Comme des canons à eau, achetés 300.000 livres pour équiper la police et qui n’ont jamais pu être utilisés. Ou des dizaines de millions de livres jetés par la fenêtre pour un projet de pont-jardin sur la Tamise, qui n’aura jamais vu le jour.


►►► A lire aussi : Boris Johnson, futur Premier ministre britannique : portrait d’un ambitieux


Comme ministre des Affaires étrangères, entre juillet 2016 et 2018, il semble ne pas connaître ses dossiers, relèvent les observateurs.

Il affirme devant la Chambre des communes qu’une Britanno-Iranienne, Nazanin Zaghari-Ratcliffe, emprisonnée en Iran, y enseignait le journalisme alors que, selon sa famille, elle y était en vacances. Une déclaration qui aurait aggravé son cas.

Lors d’un discours en octobre 2016, il parle de l’Afrique, comme un pays. Une erreur géographique qui n’est évidemment pas passée inaperçue.

Avant de prendre le poste des affaires étrangères, il s’était fendu de critiques acerbes et moqueuses concernant des dirigeants étrangers, remportant notamment le premier prix du "concours de poèmes insultants" envers le président turc Recep Tayyip Erdogan ou qualifiant Hillary Clinton d’"infirmière sadique d’un hôpital psychiatrique" dans un article.

Quelle empreinte laissera-t-il comme Premier ministre ? Tout dépendra de comment il se sort du chaos actuel entourant le Brexit.

 

…. Ou Benny Hill?

BoJo est aussi et surtout connu par les Britanniques pour ses clowneries – ainsi il est parfois surnommé Boris le Bouffon par les tabloïds britanniques.

Des images restent ainsi gravées dans toutes les mémoires, comme quand, alors maire de Londres, il se retrouve coincé en l’air, au milieu d’une tyrolienne, à quelques jours des Jeux olympiques de Londres.

 

Ou encore quand, en 2015, il plaque un jeune garçon de 10 ans au sol lors d’un match de rugby au Japon.

 

Portrait de Boris Johnson dans notre Journal télévisé du 23 juillet 2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK