Gilles le Suisse tente de comprendre l'Europe: visite guidée du parlement

Gilles le Suisse tente de comprendre l'Europe: visite guidée du parlement
3 images
Gilles le Suisse tente de comprendre l'Europe: visite guidée du parlement - © Tous droits réservés

Le 26 mai dernier, 500 millions d’électeurs européens votaient pour désigner les membres du parlement européen. Au total, 751 députés seront élus et siègeront dans l’hémicycle le 2 juillet prochain, date de la rentrée parlementaire.

Gilles le Suisse en bon citoyen neutre qu’il est a décidé de parcourir les grandes allées de ce " machin européen " pour tenter d’en comprendre le fonctionnement….

Le tapis bleu

Dans le grand hall d’entrée, il n’échappe à personne. Le tapis bleu et pas rouge forcément couleur de l’Europe oblige. Ce tapis a vu les pieds d’innombrables personnalités lui marcher dessus comme le dalaï lama…

Mais c’est sur Carles Puigdemont, le séparatiste catalan que le Grand Suisse tombe d’abord. Puis sur une figure rarement présente au Parlement Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement National. L’occasion de se faire expliquer quelques notions par Emmanuel Foulon, un attaché parlementaire au courant de tout…

Suisse jusqu’au bout de ses bretelles, Gilles a bien du mal à comprendre que l’on puisse travailler pour l’Europe tout en la détestant. Christine Anderson, nouvelle députée explique pourquoi. " Nous vivons dans une démocratie et dans une structure pareille, nous avons uniquement la voie parlementaire pour changer les choses. Donc nous devons faire partie de cette structure pour pouvoir la changer. "

 

751 députés dans l’hémicycle

Le Parlement européen c’est comme une gigantesque fourmilière. Une ville dans la ville avec ses restaurants, ses cafétariats, ses bureaux et ses salles de repos improvisées. Les députés ne comptent pas leurs heures de travail, parait-il. " Pour les négociations qui se terminent tard, il y a toujours une banquette qui sert de lit, pour l’assistant parlementaire ou pour le député" explique Emmanuel Foulon.  

Dans l’hémicycle, les députés votent des lois qui peuvent changer le quotidien des européens. Et pour qu’ils puissent le faire correctement, toutes leurs interventions sont traduites en direct dans les 28 langues de l’Union. Toute une armée de traducteurs est installée dans de petites cabines qui entourent la salle. Et les députés ont chacun une place et un numéro attitrés. 

Des changements en 30 ans

Gérard Deprez a connu une longue carrière européenne, 30 ans quasiment.  L’heure de la retraite a sonné, les adieux aux collègues sont empreints d’émotion. Mais il a toutefois tenu à faire visiter les coulisses du parlement et ses " bizarreries ". Comme ces grandes malles placées devant chaque bureau. Elles voyagent au gré des sessions parlementaires et plénières. Aller-retour entre Bruxelles et Strasbourg. " Maintenant presque tous les documents se trouvent sur internet, mais à l’époque quand on allait à Strasbourg dans les années 80, il n’y avait pas d’ordinateurs, pas d’écrans, il n’y avait pas de transmission de documents…Et donc on partait avec tous les documents. Et vous aviez des camions qui partaient à Strasbourg avec les malles remplies de documents et elles étaient ensuite mises devant votre bureau à Strasbourg. Pour une raison que je ne parviens pas à comprendre, cette habitude a continué."

Ce n’est qu’un au revoir…

Après des élections, il y a forcément des gagnants et des perdants. Et au parlement européen, les départs et les arrivées touchent aussi les assistants parlementaires. Certains peuvent se retrouver au chômage ! La plupart du temps, comme ils sont attachés à un député, si ce dernier part pour un mandat local, les assistants doivent en retrouver un autre pour pouvoir continuer à bosser car il n’existe pas de continuité dans le contrat de travail.  

Après une journée passée dans les couloirs du Parlement, cette grosse machine complexe n’a plus de secrets pour Gilles le Suisse. Et même si les débats qui s’y jouent sont passionnants, bon sang ne saurait mentir, quand on est Suisse, on est Suisse et la neutralité vous fait quitter les députés !

 

Reportage à découvrir dans le Maxi Bar de l'Europe sur la Trois ce dimanche 16 juin vers 23h et sur TV5-Monde ce lundi 17 juin à 17h.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK