Gilles le Suisse à Londres : à la rencontre des No Brexit

Gilles le Suisse à Londres : à la rencontre des No Brexit
2 images
Gilles le Suisse à Londres : à la rencontre des No Brexit - © Tous droits réservés

Tous les sujets de sa gracieuse majesté ne sont pas des partisans du divorce avec l’Union européenne. Ils sont d’ailleurs nombreux à redouter la séparation et ses conséquences. Comme pour les gilets jaunes ou le mouvement des jeunes pour le climat, des Britanniques se mobilisent pour tenter de faire les choses. Et en Grande-Bretagne, on n’a pas peur du ridicule ni de la mise en scène. Gilles l’a immédiatement compris.

Super girl Europe

On la voit de loin. Avec ses cheveux blonds décolorés et sa mèche bleue sur le front. Madeleina Kay et sa chienne Alba sont des Européennes convaincues ! A tel point que cette jeune activiste a décidé de se consacrer entièrement à la cause. Elle s’est même créer un personnage de superhéros bien à elle : « Super girl Europe ». Elle l’explique simplement, pour elle, le Brexit est un désastre. « La Grande-Bretagne a besoin d’être sauvée ! Qui peut venir à sa rescousse ? Une super-héroïne bien sûr », explique-t-elle tout sourire.

Régulièrement, elle va manifester. Une préparation s’impose. Madeleina se maquille aux couleurs de l’Europe. Même sa chienne doit y passer. Elle porte une création-maison bleue à étoiles, évidemment ! « Ça signifie que les animaux aiment l’Europe. C’est joli. »

C’est devant le Palais de Westminster qui abrite le parlement britannique que Super Girl Europe et ses amis ont rendez-vous. La crainte de perdre leurs acquis est réelle, surtout au niveau du système de santé, le fameux NHS. Lors des dernières élections, certains élus ont promis que la Grande-Bretagne allait récupérer chaque semaine 350 millions de livres sterling soit plus de 400 millions d’euros en quittant l’Union et que cette somme pourrait alimenter et refinancer le NHS. Mais il s’agissait d’une fausse information et les politiques ont bien dû le reconnaître. La Grande-Bretagne ne verse pas 350 millions de livres sterling à l’Union et donc l’économie réalisée ne pourra pas être réinjectée dans le système.

Brexit de mes « couilles »

Les slogans Anti-Brexit sont bien présents à Londres. Dans le quartier de Lambeth, un immense panneau d’affichage fait face aux rails du métro « Bollocks to Brexit ». Littéralement : Brexit de mes c….. L’auteur de cette phrase tout en subtilité et poésie est un plombier millionnaire, Charly Mullins.

« Ça signifie exactement ça : » Brexit de mes couilles. « On n’est pas content du Brexit, alors on a mis ce panneau géant sur le toit. Un million de passagers du métro le voit chaque semaine. »

Même la décoration de son entreprise est anti-Brexit.

L’homme a commencé comme simple plombier à l’âge de 15 ans. 40 ans plus tard, il dirige une entreprise de 450 employés. Beaucoup de ses clients partagent ses opinions anti-Brexit. Il affirme d’ailleurs que 70% des propriétaires désirent rester dans l’Europe. « Si nous quittons l’Europe, je ne sais pas ce qu’il va se passer. Nous allons perdre des employés venant d’autres pays européens qui vont devoir rentrer chez eux. »

 

Cet enthousiasme de certains ne doit pas cacher la réalité : 42% des Européens ont confiance en l’Union européenne. Dans certains pays comme l’Italie ou l’Espagne c’est encore moins. Il faut dire que l’absence d’Europe est bien visible notamment dans des domaines qui font la une de l’actualité comme les gilets jaunes ou encore les jeunes pour le climat.

 

La séquence de Gilles le Suisse est à retrouver ci-dessous et dans le Maxi Bar de l’Europe ce dimanche 3 mars à 23h30 sur la 3 et sur TV5-Monde le 4 mars à 17h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK