Gilets jaunes: des manifestants entrent par effraction dans un ministère français

Une quinzaine d'individus ont défoncé la porte d'enceinte à l'aide d'un engin de chantier.
Une quinzaine d'individus ont défoncé la porte d'enceinte à l'aide d'un engin de chantier. - © BERTRAND GUAY - AFP

La huitième journée de mobilisation des gilets jaunes français a réservé au porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, une belle frayeur. Alors qu'il travaillait dans son bureau du ministère, rue de Grenelle, dans le centre de Paris, une quinzaine d'individus, certains vêtus de noir, d'autres porteurs de gilets jaunes, ont défoncé la porte d'enceinte à l'aide d'un engin de chantier.

Par mesure de précaution, Benjamin Griveaux et ses collaborateurs ont alors été évacués très rapidement par l'arrière du ministère. Pendant ce temps là, les individus ayant fait irruption dans la cour du bâtiment ont vandalisé deux voitures et brisé quelques vitres, avant de repartir quelques minutes plus tard.

Le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, qui travaille également dans ce ministère, a publié sur Twitter des photos qui montrent les stigmates de cette intrusion violente.

 

Interrogé dans la foulée par la presse, la cible de cette attaque, Benjamin Griveaux, a précisé que ce n'était pas lui qui avait été attaqué, mais " la République ", ajoutant espérer que " les vidéos permettront d’identifier et de poursuivre les auteurs, et qu’ils seront très très durement condamnés car ce sont des ennemis de la démocratie. "

Le parquet de Paris a indiqué avoir ouvert une enquête confiée au 3ème district de police judiciaire. Il n'y a pas eu pour l'instant d'interpellation.

Une telle intrusion dans un ministère est très rare en France. La dernière en date remonte à 1999 avec le saccage par des agriculteurs du bureau de Dominique Voynet au ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK