Génocide des Tutsis au Rwanda: Emmanuel Macron et Didier Reynders réagissent

Le président français Emmanuel Macron rencontre les représentants de l'association Ibuka qui oeuvre pour la mémoire des victimes du génocide rwandais
Le président français Emmanuel Macron rencontre les représentants de l'association Ibuka qui oeuvre pour la mémoire des victimes du génocide rwandais - © PHILIPPE WOJAZER - AFP

Alors que le Rwanda commémore dimanche les débuts du génocide de 1994, les réactions à l'internationale se multiplient. Le président français Emmanuel Macron a déclaré vouloir faire du 7 avril "une journée de commémoration du génocide des Tutsis". De son côté, le ministre des affaires étrangères Didier Reynders a témoigné son soutien sur twitter. 

"Le président de la République salue le travail de mémoire conduit par les rescapés et a souhaité que la date du 7 avril soit désormais une journée de commémoration du génocide des Tutsis", selon un communiqué de la présidence française. Il "exprime sa solidarité avec le peuple rwandais et sa compassion à l'égard des victimes et de leurs familles". 

Emmanuel Macron, le grand absent

Officiellement, le président français, également invité par la présidence de Paul Kagame, a décliné l'invitation aux commémorations pour des raisons d'agenda. Son absence est une déception pour les Rwandais, qui espéraient le voir exprimer des excuses de la France pour son rôle en 1994. La France est accusée par le pouvoir rwandais d'avoir été complice du régime hutu responsable du génocide, voire d'avoir pris une part active aux massacres, ce qu'elle a toujours nié. La polémique empoisonne depuis des années les relations entre les deux pays.

Le chef de l'Etat a envoyé dimanche à Kigali un "représentant personnel" pour les commémorations, le député LREM Hervé Berville.  L'élu de 29 ans est lui-même un orphelin tutsi adopté en France en 1994. En orphelinat à Kigali dès avant le début du génocide, il avait été évacué avec son frère aux premiers jours et adopté à l'âge de 4 ans par une famille de Pluduno, un village de Bretagne, dans l'ouest de la France. 

"Le Rwanda est une partie importante, en tout cas première dans ma vie, et donc c'est à la fois une fierté et aussi une grande responsabilité de m'y rendre pour représenter la France", avait déclaré le jeune homme. 

Le président Macron a quant à lui reçu vendredi au palais présidentiel des représentants d'Ibuka France, association de soutien aux victimes et rescapés du génocide. Il a annoncé la mise en place d'une commission d'historiens et chercheurs afin de faire la lumière sur le rôle controversé de Paris dans cette tragédie. Cette commission aura accès à "toutes les archives françaises concernant le Rwanda entre 1990 et 1994".

Didier Reynders témoigne soutien

De son côté, le ministre des affaires étrangères Didier Reynders, présent aux cérémonies à Bruxelles, a tenu à témoigner "sa forte solidarité" aux victimes du génocide dans une vidéo publiée sur son compte twitter. 

 

Les autorités rwandaises commémorent les 25 ans du génocide, à Kigali, ce 07 avril

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK