Gaza: 18 morts ce dimanche, en majorité des femmes et des enfants

Tasneem al-Nahal, 13 ans, a été tué à Gaza ce dimanche lors de l'opération de l'armée israélienne "Pilier de Défense"
6 images
Tasneem al-Nahal, 13 ans, a été tué à Gaza ce dimanche lors de l'opération de l'armée israélienne "Pilier de Défense" - © AFP

Dix-huit Palestiniens, dont une majorité de femmes et d'enfants, ont été tués dimanche dans les raids aériens israéliens sur Gaza. Pour le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, Israël est prêt à envisager une trêve "à condition que tous les groupes armés de Gaza stoppent leurs tirs". Le gouvernement israélien s'est également dit prêt à "intensifier l'opération". Pendant ce temps, la diplomatie internationale entre en jeu.

Neuf Palestiniens, parmi lesquels sept membres d'une même famille, dont trois femmes et quatre enfants, ont été tués dans l'après-midi dans une frappe aérienne qui a détruit un immeuble de trois étages du quartier de Nasser (nord) dans la ville de Gaza, selon un nouveau bilan des services d'urgences.

Deux autres raids ont tué un homme à Chejaïya, un quartier de l'est de la ville de Gaza, et deux autres à Jabalia, dans le nord du territoire palestinien, ont précisé les services ambulanciers de Gaza.

Dans la matinée, six Palestiniens, dont quatre enfants, avaient été tués.

Deux jeunes de 25 et 13 ans, dont le lien familial exact n'était pas connu dans l'immédiat, ont été tués dans le camp de réfugiés de Chati, à Gaza, avait indiqué un porte-parole des services d'urgences.

Auparavant, "un enfant de 18 mois, (avait) été tué et ses deux frères âgés de 4 et 5 ans grièvement blessés" dans un raid israélien sur le centre de la bande de Gaza, selon un autre porte-parole, Adham Abou Selmiya.

Et plus tôt, un garçon âgé de 3 ans et sa soeur, un an, avaient péri dans des raids israéliens sur le nord de l'enclave palestinienne, selon les mêmes sources.

Par ailleurs, des médecins ont annoncé avoir retrouvé le corps d'une femme de 52 ans sous les décombres d'une maison dans l'est de la ville de Gaza.

Depuis le déclenchement de l'offensive militaire israélienne "Pilier de défense" avec l'assassinat mercredi à Gaza d'Ahmad Jaabari, chef des opérations militaires du Hamas, 67 personnes ont été tuées, 64 Palestiniens et 3 Israéliens.

Les hôpitaux de Gaza en pénurie complète

Face à l'afflux des blessés, les hôpitaux manquent de tout. C'était déjà la pénurie en raison du blocus avant le raid, mais à présent, c'est évidemment pire.

"Un grand nombre des blessés ont été admis dans les hôpitaux avec des brûlures graves, des blessures causées par l'effondrement des bâtiments et des traumatismes crâniens", déplore l'OMS. Les stocks de 192 médicaments (40% de la liste des médicaments essentiels) et de 586 fournitures médicales à usage unique (65% de la liste essentielle) étaient ainsi déjà "à zéro", précise l'OMS, qui rapporte que les opérations de chirurgie non urgentes sont reportées en raison du manque de produits utilisés pour les anesthésies.

Israël prêt à la fois à envisager une trêve mais aussi à intensifier ses raids

"Notre seule condition pour une trêve, c'est que tous les groupes terroristes opérant à Gaza cessent complètement le feu", a affirmé M. Lieberman avant de s'entretenir avec son homologue français Laurent Fabius en visite à Jérusalem.

Par ailleurs, le président israélien Shimon Peres a salué dimanche les "efforts" du président égyptien Mohamed Morsi "pour introduire un cessez-le-feu" dans le conflit à Gaza, mais a accusé le Hamas d'avoir jusqu'à présent "rejeté" sa proposition, dans une interview accordée à Sky News.

"L'armée est prête à intensifier significativement l'opération. Les soldats sont parés à toute éventualité", a affirmé de son côté Benyamin Netanyahu au début du conseil des ministres hebdomadaire.

La diplomatie s'en mêle

Lançant une offensive cette fois diplomatique, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki Moon annonce sa venue prochaine à Gaza. Voici trois ans, lors de l'opération israélienne Plomb Durci, il n'avait pas ménagé ses efforts. Le président égyptien Mohammed Morsi s'implique également en tentant de renouer le fil entre le Hamas et Israel. Et enfin, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sera aussi  dans la région ce dimanche. Il verra les autorités israéliennes et le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi conduira pour sa part une délégation ministérielle à Gaza en signe de solidarité dimanche ou lundi, a annoncé l'organisation à l'issue d'une réunion d'urgence au Caire. La porte d'une trêve demeure donc ouverte, ou du moins entrouverte.

Barack Obama: les tirs de roquettes, "évènement précipitant" le plongeon dans la crise

Le président américain Barack Obama a estimé dimanche que les tirs de roquettes lancées en direction d'Israël avaient "précipité" la crise à Gaza, où l'armée israélienne a effectué dimanche de nouveaux raids.

"Les Etats-Unis soutiennent complètement le droit d'Israël de se défendre", a-t-il déclaré, estimant que "l'évènement précipitant" le plongeon dans la crise actuelle avait été le tir de "missiles sur des zones habitées".

L'objectif désormais est "de mettre fin à ces tirs de missiles sans une nouvelle escalade de la violence dans la région", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Bangkok, où il est arrivé dimanche pour une tournée asiatique.

Le président a par ailleurs estimé que la possibilité d'une "solution à deux Etats serait repoussée très loin dans l'avenir" sans la fin des violences.

Sept israéliens blessés par des tirs depuis Gaza ce dimanche

Sept personnes ont été blessées dimanche dans le sud d'Israël par des tirs de projectiles de la bande de Gaza tandis que deux roquettes de longue portée ont été interceptées par une batterie anti-missile au-dessus de Tel-Aviv, selon des sources officielles israéliennes. 

Une personne a été grièvement blessée dimanche par une roquette dans la région de Shaar Haneguev, près de la frontière avec Gaza, selon les services de secours israéliens.

Un autre tir a fait deux blessés légers à Ashkelon. Un bâtiment de quatre étages a été touché de plein fouet dans cette ville côtière, provoquant des dégâts importants dans plusieurs appartements, selon la police.

En milieu d'après-midi, une roquette a heurté de plein fouet une voiture qui circulait à Ofakim, faisant quatre blessés parmi ses passagers, a indiqué la police israélienne.

Dans la matinée, les sirènes d'alerte aérienne ont retenti pour la quatrième journée consécutive à Tel-Aviv.

Tel-Aviv a été la cible d'au moins cinq tirs de roquettes de Gaza depuis le début mercredi de l'offensive militaire israélienne contre le territoire palestinien. Ces tirs n'ont pas fait de blessé.

Jeudi et vendredi, trois roquettes sont tombées dans la région de Tel-Aviv, dont deux en mer. Samedi, la nouvelle batterie "Iron Dome" a intercepté une roquette, dont le tir avait été revendiqué par le Hamas.

Selon le dernier bilan de l'armée, au moins 766 roquettes ont été tirées sur Israël, dont 493 ont atteint le sud d'Israël et 273 ont été interceptées par le système "Iron Dome".

Israël bombarde depuis la mer

La marine israélienne est entrée en action. Une nouvelle angoisse pour les Gazaouis car les tirs de la marine sont moins précis et davantage susceptibles de frapper les civils.

La Marine est ainsi venue épauler l'aviation dont un missile a frappé la tour Shorouk, un bâtiment qui abrite de nombreux médias et où travaillent plusieurs journalistes étrangers. Six journalistes palestiniens ont été blessés (lire ci dessus). En 2009, cette tour avait déjà été visée.

Samedi soir, les maisons de cinq commandants militaires du Hamas ont été visées par des raids sur le territoire, selon le mouvement et des témoins.

Outre le siège du gouvernement du Hamas, les raids ont visé le quartier général de la police, l'Université islamique et le stade "Palestine", la principale enceinte sportive de Gaza.

Autour du bâtiment du gouvernement, entièrement détruit, flottait encore dans la matinée une odeur de poudre. La poussière emplissait l'air autour des papiers et des morceaux de meubles achevant de se consumer.

Golan: tirs vers la Syrie en riposte à des tirs sur un véhicule militaire, affirme Tsahal

L'artillerie israélienne a ouvert le feu en direction du territoire syrien tôt dimanche matin en riposte à des tirs qui ont touché un véhicule militaire israélien, sans faire de blessé, dans la partie du Golan occupée par Israël, a indiqué une porte-parole de l'armée.

"Il y a eu des tirs contre des soldats dans la partie centrale du Golan", a déclaré à l'AFP la porte-parole en précisant qu'ils avaient touché "un véhicule". "Les soldats ont riposté avec l'artillerie vers l'origine des tirs. La cible a été touchée", a-t-elle précisé, sans autre détail.

RTBF avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK