Gaz: la Russie s'énerve une nouvelle fois contre l'Ukraine

RTBF
RTBF - © RTBF

Le président russe, Dmitri Medvedev, a rejeté lundi une demande de l'Ukraine concernant le transit gazier via son territoire, alors que des crises entre les deux pays perturbent régulièrement les livraisons de gaz russe à l'Europe.

"Ne payez pas!", a déclaré Dmitri Medvedev au Pdg du géant russe Gazprom, Alexeï Miller, qui lui faisait part d'une proposition de l'Ukraine, en difficultés financières, de modifier les modalités de paiement des taxes pour le transit du gaz russe à travers son territoire.

"Il faut agir conformément au contrat signé (en janvier par les deux parties). Il a été conclu dans la douleur (...) Nous devons construire nos relations sur cette base", a ajouté le président lors d'une rencontre au Kremlin, selon des images à la télévision russe.

"On n'a rien besoin d'inventer. Les temps ne sont pas non plus très faciles pour nous", a martelé le président russe.

"L'Ukraine a pleinement payé le gaz russe livré ces derniers deux mois", a confirmé Alexei Miller lors de son entretien avec le président.

"Mais on entend dire chez nos partenaires ukrainiens qu'il ne serait pas mal de regarder la question d'un paiement anticipé (des taxes sur le) transit gazier", a-t-il indiqué, sans plus de précisions.

Climat plus détendu

La Russie a payé par avance les taxes pour le transit de son gaz via l'Ukraine jusqu'à la fin du premier trimestre 2010, a-t-il ajouté.

Toute esquisse de tension entre les deux pays est une source d'inquiétude pour l'Union européenne, alors qu'un quart du gaz consommé dans l'Union européenne provient de Russie, dont 80% transite par l'Ukraine.

En janvier, les Européens ont ainsi subi une longue interruption des livraisons russes au beau milieu de l'hiver, en raison d'un conflit entre Kiev et Moscou sur le prix du gaz russe livré à l'Ukraine.

Après un nouveau spectre de guerre gazière en juin, le climat semble toutefois s'être détendu, l'Ukraine ayant recommencé à remplir ses réservoirs, dont dépend l'approvisionnement de l'Europe en hiver, et payé ses factures gazières dans les délais.

L'Union européenne a déclaré début septembre ne plus craindre de pénurie de gaz russe pour l'hiver, tout en restant "vigilante" pour prévenir d'éventuelles ruptures de livraisons liées à des différends russo-ukrainiens.

Le 1er septembre, la Première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko s'est aussi montrée très optimiste, à l'issue d'une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine, estimant que les crises gazières appartenaient au passé.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK