Gare aux "sextorsions" par internet, avertit la police espagnole

Gare aux "sextorsions" par internet, avertit la police espagnole
Gare aux "sextorsions" par internet, avertit la police espagnole - © Tous droits réservés

La police espagnole a averti samedi qu'une campagne massive de chantage et d'extorsion était en cours sur internet, les victimes recevant des messages du genre : "tu as visité des sites pornos... tu as 24 heures pour payer".

Un technique que les agents surnomment "sextorsion" : "les délinquants envoient un courrier électronique où ils indiquent un mot de passe personnel des victimes, apparemment obtenu il y a des années par des piratages massifs sur le réseau, ou bien annoncent que l'ordinateur de l'usager a été piraté", rapporte la police dans un communiqué.

"Ils affirment détenir des images ou des vidéos personnelles intimes obtenues à travers la webcam de l'ordinateur quand l'usager visitait des sites pornographiques et pour éviter leur diffusion, exigent un paiement en bitcoins ou en diverses monnaies virtuelles dans un délai de 24 heures", selon la même source. 

Le chantage consiste à dire que si l'usager ne verse pas les 400 à 2900 dollars exigés, les cyberdélinquants "diffuseront les vidéos à des proches".

La Belgique pas épargnée

Or selon les enquêteurs, il ne faut surtout pas s'alarmer ni payer car en réalité les malfaiteurs bluffent et ne disposent d'aucune vidéo et l'ordinateur de l'internaute n'a pas réellement été piraté.

La police espagnole dispose d'une adresse mail spécifique pour dénoncer ce type de chantage - redesabiertas@policia.es - gérée par des spécialistes en cyberdélinquance qui reçoivent "quelque 100 communications chaque jour de possibles cas".

Selon Olivier Bogaert de la Federal Computer Crime Unit, la Belgique n'est pas épargnée. "On a eu des cas au mois de juillet. Plusieurs personnes nous ont contacté à ce sujet". Quand on est face à des envois massifs de messages comme dans ce cas-ci, on est plutôt face à une bande organisée qualifiée de "mafieuse".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK