G7 : altermondialistes, anticapitalistes, défenseurs de la planète organisent leur contre-sommet

Aurélie Trouvé, porte-parole du contre-sommet ‘Alternative G7’
Aurélie Trouvé, porte-parole du contre-sommet ‘Alternative G7’ - © CAMILLE CASSOU - AFP

Quelques jours avant le défilé des chefs d’États et de gouvernements de sept des principales puissances de ce monde à Biarritz pour G7, ce sont les altermondialistes qui se réunissent pour leur contre-sommet. Il s’ouvre, lui, mercredi dans trois communes du Pays basque.

A une vingtaine de kilomètres de Biarritz, anticapitalistes, défenseurs de la planète, altermondialistes et autres opposants ont commencé à se rassembler dans leur quartier général d’Urrugne, pour une semaine d’actions qu’ils promettent pacifique.

Loin des zones urbaines et ultra-touristiques, le QG des opposants est installé dans un ancien centre de vacances, aujourd’hui désaffecté. Ils ont investi les quelques bâtiments au milieu des champs de cette commune basque quasi-rurale entre Saint-Jean-de-Luz et Hendaye, située au bord de l’Atlantique, le long de la célèbre route de la Corniche. Ils ont installé des douches, des toilettes, des cuisines collectives permettant de nourrir plusieurs milliers de personnes.

Sept pays riches qui pensent qu’ils peuvent décider de l’ordre du monde

Au programme de ces trois jours, une centaine de conférences et de débats, plus de 200 intervenants et des milliers de participants explique Aurélie Trouvé, porte-parole du contre-sommet Alternative G7 : "Nous considérons que ce G7 est illégitime, tout simplement parce que ce sont sept pays riches qui pensent qu’ils peuvent décider de l’ordre du monde. Nous voulons montrer que deux mondes coexistent. Celui de ces 7 chefs d’Etat enfermés dans leur Tour d’ivoire, et qui pensent qu’ils ont le droit de décider de la marche du monde ; nous voulons monter qu’il existe un autre monde, ouvert, pluriel, basé sur la solidarité. On est juste là pour dénoncer la grande vitrine des politiques qu’ils mènent. Nous allons montrer que ces politiques-là sont au service des plus riches et des multinationales et que, face à ça, nous avons énormément d’alternatives qui dessinent un autre monde. Nous nous adressons à l’ensemble de la population pour montrer que face à une politique ultralibérale, raciste et autoritaire, il existe des alternatives fondées sur la solidarité, la réponse à l’urgence écologique, le respect des droits humains. Il existe déjà des multiples alternatives locales et concrètes, à l’image des monnaies locales ou de l’agriculture paysanne au pays basque".

Peser dans le débat en étant à l’extérieur de la Tour d’ivoire

Pour peser dans le débat, le 24 août, jour du lancement du sommet des chefs d’Etats à Biarritz, une grande manifestation s’élancera d’Hendaye pour rejoindre Irun, de l’autre côté de la frontière. Le mouvement altermondialiste espère réunir pour sa grande manifestation ce samedi près de 10.000 personnes, un rassemblement qui se veut sans violence. Le lendemain, des actions "d’occupation des places publiques" auront lieu dans sept communes limitrophes de la cité balnéaire.

"Nous souhaitons des mobilisations pacifiques et pour le faire respecter, nous avons même un service de médiation qui sera présent le jour de la manifestation. Et en tout état de cause, nous avons décidé de ne pas participer à l’escalade de la violence qui pourrait être orchestrée par les forces de l’État. Le droit de manifester est piétiné en France, poursuit Aurélie Trouvé. N’oubliez pas que ce pays, qui accueille le G7, est aussi celui qui mutile les manifestants ! Combien de gilets jaunes ont perdu un œil ou une main ces derniers mois ? Nous craignons vraiment la violence d’Etat. Le gouvernement mène une politique ultra-répressive en particulier contre les mouvements sociaux. Notre président met en place une politique capitaliste de plus en plus brutale, qui aggrave les inégalités et qui abat un à un les mécanismes de solidarité. "

Le dispositif de sécurité promet d’être spectaculaire. Les chiffres seront dévoilés aujourd’hui à l’occasion de la visite à Biarritz du ministre de l’Intérieur français, mais on parle déjà pour encadrer ce contre-sommet et le G7 d’une concentration record des forces de l’ordre, plus de 90 escadrons de gendarmes mobiles et compagnies de CRS déployés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK