Fusillade à Munich: un germano-iranien de 18 ans fait neuf morts, dont trois Turcs, trois Kosovars et un Grec

Neuf personnes ont perdu la vie dans une fusillade dans un centre commercial de Munich ce vendredi soir. Seize autres ont été blessées, a indiqué la police qui avait évoqué un premier bilan de 21 blessés. Trois personnes sont très grièvement blessées et leur pronostic vital est engagé, selon Hubertus Andrä. L'assaillant, un germano-iranien de 18 ans, s'est donné la mort. Lors de son acte, le jeune homme a employé un pistolet illégal de calibre 9mm, dont le numéro de série avait été effacé. Il aurait emporté plus de 300 balles avec lui lors de l'attaque.

Kosovars, Grecs et Turcs parmi les victimes

Sept ressortissants étrangers - trois Kosovars, trois Turcs et un Grec - font partie des neuf personnes tuées vendredi soir par le forcené qui a semé la mort dans un centre commercial de Munich, ont annoncé samedi les autorités des pays concernés. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a cité les noms de trois Turcs figurant par les victimes - Sevda Dag, Can Leyla et de Selçuk Kiliç - lors d'un entretien avec la chaîne d'information turque NTV. Il a ajouté qu'il avait appelé les familles.

De son côté, Pristina a annoncé que trois autres personnes tuées étaient des Albanais du Kosovo. Selon les médias locaux, il s'agit d'un homme, Diamant Zabergja, 21 ans, et de deux femmes, Armela Segashi, une adolescente de 14 ans, et Sabina Sula, dont l'âge n'a pas été précisé. Un Grec figure également parmi les neuf victimes, selon le ministère grec des Affaires étrangères. L'auteur de la fusillade - qui a également fait 16 blessés - est un forcené souffrant de problèmes psychologiques, sans lien avec le djihadisme, selon la police allemande.

A la sortie du McDonald's

Le chef de la police a indiqué que l'auteur avait crié quelque chose au moment de passer à l'acte mais souligné que l'enquête n'avait pas encore permis d'identifier quoi exactement. Le jeune homme a commencé à tirer en début de soirée avec un pistolet sur des gens à la sortie d'un restaurant McDonald's, avant de continuer la fusillade dans le centre commercial voisin, puis de prendre la fuite.

Une patrouille de police l'a alors blessé à l'arme à feu mais le jeune homme a réussi à prendre la fuite.

Il a précisé que le corps de l'assaillant avait été retrouvé 2h30 après l'attaque. Il a pu être identifié comme l'auteur de la fusillade sur base des déclarations des témoins et de vidéos, et la police a constaté qu'il s'était donné la mort.

Les deux autres personnes qui ont rapidement fui la zone ont été interrogées, mais elles n'avaient "rien à voir avec l'incident", a indiqué le chef de police locale, cité par Associated Press.

Un "lien évident" avec Anders Breivik

"L'auteur est un germano-iranien de 18 ans de Munich", qui n'était pas connu des services de police et vivait depuis déjà "longtemps" dans la capitale bavaroise, a déclaré Hubertus Andrä. Selon le chef de la police, il n'a pas la moindre relation avec le groupe terroriste Etat islamique ou les réfugiés. Les enquêteurs penchent pour la piste d'un forcené, qui souffrait "d'une forme de dépression". Ils ont établi un lien "évident" avec le tueur norvégien Anders Behring Breivik. "Nous avons trouvé des éléments montrant qu'il se préoccupait des questions liées aux forcenés" auteurs de tueries, notamment des livres et des articles de journaux, a précisé le chef de la police de Munich, Hubertus Andrä.

Le centre commercial, qui a ouvert dans les années 70 et est le plus grand de Bavière, est situé non loin du lieu où un commando palestinien avait pris en otage des athlètes israéliens pendant les Jeux olympiques de 1972, en tuant onze d'entre eux.

Réunion de crise

Le conseil national de sécurité allemand, présidé par Angela Merkel, va se réunir samedi à Berlin, a confirmé le chef de l'équipe de la chancelière, Peter Altmaier.

Le Conseil comprend Mme Merkel et M. Altmaier ainsi que la ministre de la Défense Ursula von der Leyen, le vice-chancelier Sigmar Gabriel, les ministres des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, de la Justice Heiko Maas, des Finances Wolfgang Schauble et du Dévelopement Gerd Mueller. "Les ministres concernés sont en route pour Berlin et nous allons analyser la situation dans le cadre du conseil fédéral de sécurité" samedi à Berlin, a communiqué sur le réseau Twitter Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière. 

Le précédent de l'attaque du train

Cette fusillade survient quelques jours seulement après l'attaque commise à Wurzbourg, non loin de Munich, par un jeune demandeur d'asile qui a attaqué à la hache des passagers dans un train. Cinq personnes ont été blessées, dont deux grièvement.

Le groupe terroriste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attaque, la première que l'organisation jihadiste reconnait en Allemagne.

Le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière a indiqué que ce jeune de 17 ans était un "loup solitaire" manifestement "inspiré" par le groupe Etat islamique, sans toutefois faire partie d'un groupe islamiste.

L'auteur de l'attaque à la hache était arrivé en tant que mineur non accompagné en Allemagne en juin 2015, année où le pays a accueilli plus d'un million de demandeurs d'asile, majoritairement entrés en Allemagne via la Bavière. Le jeune homme vivait depuis peu dans une famille d'accueil, non loin des lieux de l'attaque.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK