Frontex: moins d'arrivées de migrants par la mer, mais hausse depuis le Maroc

Des officiers portugais de Frontex patrouillant sur l'île de Lesbos (Grèce)
Des officiers portugais de Frontex patrouillant sur l'île de Lesbos (Grèce) - © LOUISA GOULIAMAKI - AFP

L’Europe n’est plus au milieu d’une crise migratoire: Fabrice Leggeri, le directeur de Frontex, l’agence européenne des frontières, a commenté de cette manière ce mercredi le dernier rapport publié par son organisation.  
Frontex a comptabilisé 150 000 traversées illégales des frontières de l’Union l’année passée, et le nombre de migrants qui ont rejoint l'Europe par les grandes routes migratoires maritimes s'est réduit d'un quart l'année passée, si l'on compare avec 2017.

En 2017, cette diminution avait atteint -60% en un an.

Sur le terrain en effet, cette nette tendance à la baisse est visible, et s’explique par la chute spectaculaire des flux migratoires dans la Méditerranée centrale: moins 80% en un an, ce qui représente au total 23 000 arrivées. Il s'agit d'une évolution liée à l’augmentation soudaine des activités des garde-côtes libyens depuis l’été 2017.

Désormais, le principal défi pour les Européens se trouve plus à l’ouest. La pression sur l'Espagne est plus forte, et les arrivées en provenance du Maroc, détectées par Frontex, se chiffrent à plus de 57 000. Elles ont été multipliées par 5 en un an. 

Mais si le nombre d'arrivées en Europe via les routes maritimes est en baisse, il y a toujours une pression migratoire aux frontières extérieures de l'Union. C'est ce phénomène qui préoccupe Frontex, et plus particulièrement la facilité avec laquelle les migrants venus d’Afrique subsaharienne parviennent à rejoindre le Maroc, pour passer ensuite en Espagne. Ce phénomène devrait se poursuivre dans les prochains mois.

Le conflit syrien est une autre source d’inquiétude. Si le régime de Bachar Al-Assad arrive à reconquérir la région d’Idlib, cela pourrait jeter des centaines de milliers de Syriens sur les routes de l’exil, en direction la Turquie, mais aussi, potentiellement, en direction l’Europe.

Parmi les chiffres publiés dans le rapport:

- Il y a eu en 2018, 190 930 refus d'accès au territoire de l'Union européenne( +4%)

- 148 121 retours effectifs effectués par les Etats-membres (-5%)

- 13 723 retours organisés ou co-organisés par Frontex (-3%)

- 10 649 signalements de passeurs (+4%)

 

Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK