France : une maison de retraite refuse d'accueillir une religieuse parce qu'elle porte un voile

France : une maison de retraite refuse d’accueillir une religieuse parce qu’elle porte le voile
France : une maison de retraite refuse d’accueillir une religieuse parce qu’elle porte le voile - © JOE KLAMAR - AFP

L’histoire se passe à Vesoul (Haute-Saône). Une religieuse souhaitait intégrer le "foyer logements", une maison de repos qui dépend du centre communal d’Action Sociale (CCAS) de cette ville située dans l’est de la France. Mais elle s’est heurtée à un refus catégorique parce qu’elle refusait de retirer son voile, symbole de ses vœux et de son entrée dans la vie monastique.

La religieuse se trouvait au départ sur une liste d’attente, rapporte France Bleu Haute-Saône sur son site internet. Une place s’est bel et bien libérée dans cette structure où elle aurait pu disposer d’un appartement et d’une salle commune pour prendre ses repas.

Cependant, comme le précise un courrier envoyé par le CCAS, "au sein de nos structures nos résidents peuvent avoir des préférences et convictions et celles-ci doivent être respectées". Dès lors, "dans le respect de la laïcité tout signe ostentatoire d’appartenance à une communauté religieuse ne peut être acceptée en vue d’assurer la sérénité de toutes et de tous".

En d’autres termes : la sœur devra enlever son habit religieux et son voile. Hors de question pour l’intéressée qui s’est habillée de la sorte la majeure partie de sa vie. C’est finalement la paroisse qui se chargera alors de lui trouver un hébergement. Mais sans les facilités offertes par la maison de repos pour les courses et les repas.

Le règlement intérieur qui est le même pour tout le monde

Pour le père Florent Belin, le curé de la paroisse Notre-Dame de la Motte de Vesoul, cette décision ne passe pas. "Récemment une place au Foyer Logement de Vesoul n’était disponible pour une religieuse qu’à la condition qu’elle quitte son habit religieux et son voile, écrit-il dans le bulletin paroissial. La presse nous parle en ce moment d’une femme musulmane à qui on a demandé d’enlever son voile car elle était dans un espace public [une référence à une autre affaire survenue mi-octobre en Bourgogne-France-Comté, ndlr], tout le monde crie au scandale pour cette femme ! Notre religieuse, elle, a dû se résoudre à trouver un autre appartement ! Qu’est-ce que la laïcité ? C’est donner la possibilité à chacun de pouvoir vivre sa Foi sans que cela nuise à quiconque."

Le président du CCAS, cité par France Bleu, estime qu’il s’agit d’une "affaire classée". Et d’ajouter : "La religieuse a refusé la place qui lui était proposée, elle n’a pas voulu accepter le règlement intérieur qui est le même pour tout le monde." Une réaction qui ne manque pas d’étonner le curé… qui célèbre régulièrement la messe dans cette maison de repos.

"Erreur d’appréciation"

Alain Chrétien, le maire de Vesoul, a réagi à cette polémique dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux ce mardi après-midi. "Ni le règlement intérieur des résidences, ni les principes de laïcité auxquels nous sommes tous attachés, n’empêchent cette Soeur d’accéder à un logement", avance-t-il. Il précise, en gras dans le texte : "L’obligation de neutralité s’applique aux agents du service public et pas aux résidents qui doivent pouvoir jouir de leur liberté de conscience."

Dès lors, pour l’élu, tout cela relève d’une "erreur d’appréciation". Il s’engage enfin à permettre à cette religieuse d’intégrer une résidence "si elle [le] souhaite".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK