France: un candidat FN suggère de "concentrer" les Roms "dans des camps"

De quoi s’agit-il? Sur son blog de campagne, l’homme a tenu des propos d’une incroyable agressivité vis-à-vis de ceux qu’il qualifie de "Romanichels". Son texte est complété par des photos de personnes qu’il identifie comme des Roms car, explique-t-il, "je me prends à les photographier lorsque j'en croise un trop grand nombre, aux fins de les mettre en ligne ici, serait-ce seulement pour apaiser la rage que me donne le spectacle désolant de ces femmes, de ces enfants, et quelquefois de ces familles entières qui, dans un état d'abandon indescriptible, parsèment l'arrondissement, l'amochent de part en part, et rompent le charme de la moindre promenade".

Et il ne s’agit pas là des passages les plus xénophobes et insultants du texte.

"Concentrer ces populations étrangères dans des camps"

En effet, dans l’avant-dernier paragraphe de son haineuse diatribe, le candidat Front National à la mairie du VIème arrondissement de Paris déplore que l’actuel "Maire du VIe arrondissement, apparemment, ne fait rien : il désapprouve sans doute, se lamente peut-être, et se rassure tout aussi probablement de ce que, la Police n'étant pas placée sous les ordres des autorités municipales, il ne peut rien à rien", car l'autorité est dans les mains du ministre de l'Intérieur. "Mais que peut faire M. le Ministre de l'Intérieur?", se demande le candidat frontiste, "à part concentrer ces populations étrangères dans des camps, où la vie serait sans doute si peu conforme à ce qu'elles escomptaient du voyage qu'elles préféreraient déguerpir d'un territoire aussi inhospitalier?".

2 images
France: un candidat FN suggère de "concentrer" les Roms "dans des camps" © Tous droits réservés

Vous avez bien lu, "concentrer ces populations étrangères dans des camps". Il n’est un secret pour personne que les Roms ont été exterminé dans les camps de concentration et d’extermination nazis durant la seconde guerre mondiale.

La presse parle de dérapage mais tout qui connaît un tant soit peu Paul-Marie Coûteaux sait que ce n’en est pas un. L’homme assume d’ailleurs. Non seulement en s’adressant à l’AFP, il souligne qu’il "n’y a pas un endroit dans ce texte où je demande la construction de camps, de barbelés. C’est la forme interrogative : Que peut ce ministre?". Mais surtout, le billet est toujours présent tel quel sur son blog.

Et quid de l’opération "respectabilisation" initiée par le parti d’extrême droite sous la direction de Marine Le Pen dans tout cela? La présidente elle-même n’a pas encore réagi publiquement. Par contre, Wallerand de Saint-Just, le candidat FN à la mairie de Paris, s’est refusé à condamner ces propos, se limitant à dire qu’il n’aurait pas choisi ces mots-là. Dès lors, comme on l'apprenait via BFM TV ce mardi, Paul-Marie Coûteaux ne sera pas sanctionné et reste tête de liste pour le VIème arrondissement.

"Ce n'est pas moi qui ai écrit ça", explique le candidat du FN à la mairie de Paris, cité par le Parisien. "Je ne me serais pas exprimé ainsi. Je mets surtout en avant des solutions techniques et politiques qui pourraient régler ces problèmes d'immigration très ardus que la France connaît", s’est-il contenté de déclarer.

SOS Racisme a par contre dénoncé ce que l’association qualifie de "propos immondes", et annoncé qu'elle "déposera plainte dans les prochains jours".

Julien Vlassenbroek (juvl@rtbf.be)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK