France: Théo, symbole des violences policières, en garde à vue pour escroquerie

Théo Luhaka, devenu un symbole des violences policières en France, et quatre membres de sa famille ont été placés en garde à vue mardi pour un possible détournement de subventions, a appris l'AFP de sources proches de l'enquête.

En février 2017, ce jeune homme alors âgé de 22 ans, avait été grièvement blessé dans la zone rectale lors d'une interpellation en Seine-Saint-Denis, département sensible au nord de Paris. Quatre policiers ont été inculpés, dont l'un pour viol, dans cette affaire qui avait eu un très grand retentissement en France. 

Des centaines de milliers d'euros

Au moment de ces faits, Théo et des proches étaient déjà visés par une enquête pour un possible détournement de subventions. Une information judiciaire a ensuite été ouverte début août 2017 contre X pour "escroquerie en bande organisée au préjudice d'un organisme chargé d'une mission de service public, abus de confiance, blanchiment".

Les inspecteurs du travail ont relevé des irrégularités sur l'utilisation de subventions pour l'embauche de contrats aidés notamment. Les enquêteurs s'interrogent sur la réalité de ces emplois et sur des versements à destination des membres de la famille, dont Théo, selon une autre source proche de l'affaire. Les sommes engagées pourraient s'élever à des centaines de milliers d'euros.

Le frère de Théo s'était défendu dans le journal Le Parisien d'avoir employé des salariés fantômes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK