France : le coronavirus, acteur principal des élections municipales françaises

En pleine pandémie du Covid-19, le premier tour des élections municipales françaises a été bouleversé et s'est terminé dimanche soir à 20h00 sur un taux d'abstention record, entre 53,5 et 56% selon les estimations des instituts de sondage. Ces chiffres historiquement élevés dépassent de près de 20 points le précédent record de 2014 (36,45% d'abstention). Une forte interrogation pèse sur la tenue du second tour, dimanche prochain, dans un pays où l'épidémie (91 morts samedi soir) n'en est qu'à ses débuts, selon tous les spécialistes.

Anne Hidalgo bien positionnée à Paris

Du côté des résultats, les premières estimations arrivent et le duel Hidalgo-Dati à Paris semble avoir tourné en faveur de la socialiste.

En effet, la maire sortante Anne Hidalgo est arrivée largement en tête du premier tour de l'élection municipale à Paris, selon de premières estimations dimanche soir.

Mme Hidalgo, avec 30,2% des voix, devance la candidate de droite Rachida Dati (22%) et la candidate du parti d'Emmanuel Macron, Agnès Buzyn (17,6%), selon ces estimations.

Premières estimations ailleurs dans le pays 

Le maire sortant de Toulouse Jean-Luc Moudenc (LR-LREM) arrive en tête au premier tour avec 35,3% des voix, devant le candidat écologiste Antoine Maurice (28,3%), selon une estimation.

Le maire sortant Éric Piolle (EELV/LFI/PCF) arrive largement en tête du premier tour à Grenoble avec 44,6% des voix, devançant l'ancien édile (DVD) Alain Carignon (20,5%), selon une estimation Ipsos Sopra Steria.

David Rachline, le maire RN sortant de Fréjus (Var), la plus grande ville conquise par son parti en 2014, a annoncé sa réélection dès le premier tour des municipales dimanche, sur fond d'abstention très élevée.

À Bordeaux, le candidat écologiste Pierre Hurmic (EELV) arrive en tête du premier tour avec 35-35,9% des voix, devançant le maire sortant Nicolas Florian (LR, 33,4-34%), selon deux estimations.

Robert Ménard (soutenu par le RN) réélu au premier tour à Béziers avec 68,7% des voix (préfecture)

Un deuxième tour postposé ?

Edouard Philippe a par ailleurs annoncé dimanche qu'il réunirait "à nouveau en début de semaine" les experts scientifiques et "les représentants des forces politiques" afin de prendre une décision sur la tenue du second tour des municipales le 22 mars, menacé par la crise du coronavirus.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait indiqué quelques minutes plus tôt, sur France 2, qu'il demanderait "sans doute mardi" leur avis aux experts scientifiques sur l'opportunité d'un second tour, alors que plusieurs responsables politiques ont appelé dès dimanche soir à un report après un premier tour marqué par une forte abstention.

Quant aux rumeurs d'annonce de confinement total du pays mardi, M. Véran a répondu: "On entend dire beaucoup de choses. Si une personne doit signer un tel décret, je serai au courant".

Le Premier ministre a de son côté souligné que le premier tour "s'est parfaitement déroulé". Mais "le taux d'abstention élevé que nous enregistrons témoigne cependant de l'inquiétude grandissante de nos concitoyens face à l'épidémie qui nous frappe", a-t-il ajouté.

Il a ainsi indiqué que "c'est en prenant en compte l'avis des autorités sanitaires que nous nous organiserons pour le second tour". Il réunira "à nouveau en début de semaine le conseil scientifique", puis consulterait "les représentants des forces politiques".

"C'est dans une transparence totale en prenant en compte les recommandations sanitaires et je l'espère, dans un esprit de consensus républicain, que nous prendrons les mesures nécessaires", a-t-il conclu.

Un taux d'abstention élevé, comme prévu

Il faut dire que ce premier tour a été marqué par une fort abstention des Français qui était quelque peu prévisible en pleine crise sanitaire, plusieurs voix parmi la classe politique Outre-Quiévrain s'élevant ces derniers jours pour obtenir le report de ces élections. Mais le gouvernement français, dont deux membres sont malades, avait estimé que le scrutin pouvait être maintenu. "Pas de risques sanitaires particuliers", insistait-il depuis que le président Emmanuel Macron a annoncé jeudi soir le maintien des municipales. 

La situation ayant encore évolué, l'organisation du deuxième tour semble compromise.

Prière d'apporter son stylo

Préventivement, les poignées de porte, tables, et autres isoloirs ont été nettoyés avant le vote et des mesures ont été prises pour éviter les files d'attente et faire respecter les distances de sécurité. Les personnes âgées ou fragiles passent en priorité afin de limiter leur temps de présence dans le bureau de vote. Le ministère de l'Intérieur recommande même aux électeurs d'apporter leur propre stylo pour signer les cahiers d'émargement, "à condition que l'encre soit bleue ou noire et indélébile".

Dimanche, les témoignages s'opposaient sur Twitter entre les Français souhaitant boycotter les élections, sous le hashtag #jeniraipasvoter, et ceux défendant au contraire son maintien avec le hashtag #jiraivoter. Dans ce contexte, une forte abstention est à craindre pour un scrutin dont l'enjeu politique est largement relégué au second plan par la pandémie en cours.

 

Reportage et direct depuis Paris:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK