France: Nicolas Sarkozy menace l'Europe de quitter Schengen

Nicolas Sarkozy n'a pas réussi à rassembler la grande famille du centre-droit. Les anciens ministres très populaires Rama Yade ou Jean-Louis Borloo se sont abstenus. Mais le président candidat a réussi sa démonstration de force avec un show surpuissant.

La campagne de Nicolas Sarkozy était jusqu'ici peu audible. Alors ce dimanche après-midi, il a égrené ses propositions. Pour ratisser large du centre à la droite, il n'a pas prononcé le mot immigration. Il veut un gouvernement politique de l'espace Schengen comme il existe un gouvernement de la zone euro.

Mais Nicolas Sarkozy menace tout de même de bloquer les frontières. "Si je devais constater que dans les douze mois qui viennent, il n'y avait aucun progrès sérieux dans cette direction, alors la France suspendrait sa participation aux accords de Schengen jusqu'à ce que les négociations aient abouti", prévient-il.
 
Mais la commissaire européenne en charge de l'Immigration, Cecilia Malmström, a déjà répondu qu'une réforme fondamentale de la zone Schengen devrait en passer par une réforme du traité de l'UE, ce qui nécessiterait une réouverture du traité, une approbation de tous les pays de l'UE et ensuite des ratifications.

Nicolas Sarkozy avait déjà évoqué cette mesure lors de la révolution tunisienne et l'afflux de réfugiés qui a suivi.


Il n'a donc pas fait d'annonces fracassantes. Mais son programme est devenu plus concret aux yeux de ses sympathisants. Ce meeting les a beaucoup rassurés. Cela suffira-t-il pour rattraper François Hollande dans les sondages ? Nous le sauront cette semaine.

Charline Vanhoenacker

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK