France : Macron "très choqué" par le passage à tabac d'un homme noir par des policiers

Le président français Emmanuel Macron a été "très choqué" par la vidéo montrant des policiers passant à tabac un producteur noir, a indiqué vendredi la présidence, première réaction officielle du chef de l’Etat sur cette affaire qui relance le débat sur les violences policières en France.

M. Macron a reçu jeudi son ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et lui a demandé de prononcer des sanctions très claires contre les policiers, a-t-on par ailleurs appris de source gouvernementale. Après cette rencontre, le ministre a annoncé jeudi soir qu’il demandait la révocation des policiers.

Suspension des policiers

L’affaire a éclaté à la faveur de la publication par le site Loopsider d’images qui montrent un homme noir appelé "Michel" roué de coups par des fonctionnaires de police dans l’entrée d’un studio de musique à Paris. "On m’a dit sale nègre plusieurs fois et en me donnant des coups de poing", a lui-même dénoncé la victime en venant porter plainte, avec son avocate, au siège parisien de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Sitôt les images diffusées sur les réseaux sociaux, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a demandé au préfet de police de Paris Didier Lallement de suspendre les policiers concernés. 

Les quatre policiers sont convoqués ce vendredi pour être entendus sous le régime de la garde à vue. Les quatre hommes sont attendus dans les locaux de l'IGPN.

Frapper à coups de poing et matraque

Selon leur procès-verbal consulté par l’AFP, les trois policiers sont intervenus samedi dernier pour tenter d’interpeller "Michel" pour défaut de port du masque. "Alors que nous tentons de l’intercepter, il nous entraîne de force dans le bâtiment", écrivent-ils.

Sur les images de vidéosurveillance de ce studio, également consultées par l’AFP, on voit les fonctionnaires de police entrer dans le studio en agrippant l’homme puis le frapper à coups de poing, de pied ou de matraque.

Dans leur rapport, les policiers ont écrit que l’homme les avait frappés. Selon ces mêmes images, "Michel" résiste en refusant de se laisser embarquer, puis tente de se protéger le visage et le corps. Il ne semble pas porter de coups. La scène dure cinq minutes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK