France: les mesures détaillées par l'exécutif en réponse au mouvement des gilets jaunes

Gilets jaunes - E. Philippe détaille les mesures en faveur des Français, un déficit de 3,2% du PIB attendu
Gilets jaunes - E. Philippe détaille les mesures en faveur des Français, un déficit de 3,2% du PIB attendu - © Belga

Le Premier ministre français Edouard Philippe a détaillé dans un entretien au journal Les Echos mis en ligne ce dimanche soir les mesures que le gouvernement a annoncées en réponse à la mobilisation des gilets jaunes, précisant qu'elles auront pour conséquence de gonfler le déficit attendu pour 2019 à 3,2% du PIB (plutôt que 2,8%). Selon le Premier ministre, "les mesures annoncées par le président vont coûter de l'ordre de 10 milliards d'euros".

Afin d'atténuer les conséquences pour les finances publiques, le gouvernement a notamment décidé de limiter la baisse du taux d'impôt sur les sociétés à celles de moins de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires l'année prochaine. Elle sera décalée d'un an pour les autres.

Au rayon mesures pour le pouvoir d'achat, le Premier ministre indique que le gain de 100 euros net pour les salariés proches du Smic passera "par une hausse massive de la prime d'activité" qui sera versée "dès le 5 février pour compléter le salaire de janvier". Cette hausse ne concernera donc pas tous les salariés au Smic car la prime d'activité tient compte de l'ensemble des revenus du ménage, mais "nous allons élargir le nombre de foyers éligibles, qui passera de 3,8 millions à 5 millions", a précisé le Premier ministre.

Pas assez écouté les Français

"Cette réforme va bien au-delà des personnes qui sont juste au Smic: tous les salariés célibataires sans enfant auront 100 euros de plus jusqu'à 1560 euros net de revenus. Avec un enfant, une mère célibataire (...) pourra percevoir la prime jusqu'à 2000 euros de salaire. Un couple (avec) deux enfants, dont l'un gagne le Smic et l'autre 1750 euros, verra ses revenus augmenter de 200 euros", explique Edouard Philippe.

En marge de ces explications, le Premier ministre français a reconnu que l'exécutif n'a "pas assez écouté les Français" et a "fait des erreurs" face à la mobilisation citoyenne qui avait débuté avec la colère face à la hausse des prix du carburant. "Nous allons continuer à réparer le pays en les associant davantage", a souligné Édouard Philippe au sujet des citoyens.

Une des principales revendications des gilets jaunes, celle d'une possibilité de référendum d'initiative citoyenne (RIC), sera débattue, a encore promis Édouard Philippe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK