France: le feuilleton Bettencourt rebondit tous les jours

RTBF
RTBF - © RTBF

Chaque jour qui passe fournit son lot de nouveaux rebondissements, dans cette affaire qui mêle règlements de comptes intra-familiaux, soupçons de fraude fiscale, de blanchiment, et de financement occulte de parti politique. Mais bien malin qui peut prédire le dénouement...

Alors que la garde à vue des quatre protagonistes entendus depuis jeudi  a été prolongée de 24 heures, l'hebdomadaire Marianne révèle qu'il s'est procuré le fac simile d'un nouveau chèque de 100 000 euros tiré cette fois auprès de la banque Dexia par la comptable Claire Thibout à la demande de Liliane Bettencourt.  La destination de cet argent n'est pas précisée mais plusieurs éléments interpellent :

  • ce retrait en liquide a été réalisé quatre mois avant le premier tour de l'élection présidentielle, s'ajoutant aux 400 000 euros tirés à la BNP Paribas et inscrits dans la carnets de la comptable;
  • les 100 000 euros, curieusement, ne sont pas repris dans les carnets de Claire Thibout. Par ailleurs, ils sont issus d'un autre compte que le compte BNP Paribas qui avait intéressé les enquêteurs jusqu'ici. Et Marianne annonce avoir pu consulter la liste des différents comptes du couple Bettencourtpour les années litigieuses: il y a encore un compte au Crédit Lyonnais, un autre à l'union des Banques suisses, à la CCP, la BIMP, l'OBC, HR Finances, Marignan Gestion et Banco Credito de Balear.

Ces comptes devraient intéresser les enquêteurs, souligne l'hebdomadaire français, qui rappelle que deux nouvelles enquêtes préliminaires ont été ouvertes par le procureur de Nanterre Philippe Courroye : l'une pour blanchiment de fraude fiscale, l'autre pour financement illégal d'activités politiques. Pourtant, aucune instruction judiciaire n'a encore été ouverte dans ce dossier à tiroirs. Mais si la garde à vue de Patrice de Maistre, François-Marie Banier, Fabrice Goguel et Carlos Vejerano, tous les quatre mêlés à un titre ou à un autre aux soupçons de fraude fiscale et de financement occulte de partis politiques, devait déboucher sur des faits nécessitant une mise en examen, le procureur de Nanterre n'aurait plus d'autre choix que de désigner un juge d'instruction. Ce que réclament -en vain jusqu'ici- les avocats de la fille de Liliane Bettencourt et de la comptable, Claire Thibout.

T.N. avec Marianne2.fr

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30