France : le CSA demande aux médias un décompte du temps de parole d'Eric Zemmour en vue de la présidentielle

Eric Zemmour, relaxé mercredi par la cour d’appel de Paris après des poursuites pour injure et provocation à la haine, n’est plus seulement un polémiste mais "un acteur du débat politique national" selon le CSA, qui demande aux médias audiovisuels de désormais décompter ses prises de parole.

"Au regard des récents développements", Eric Zemmour peut "être regardé dorénavant, tant par ses prises de position et ses actions, que par les commentaires auxquels elles donnent lieu, comme un acteur du débat politique national", a estimé le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) dans un communiqué mercredi soir.

Cette demande doit être appliquée par les médias dès jeudi, fait savoir le régulateur de l’audiovisuel, alors qu’une candidature d’Eric Zemmour à l’élection présidentielle est régulièrement évoquée.

Le polémiste a annoncé cesser sa chronique hebdomadaire dans Le Figaro, le temps, avait-il dit, de promouvoir son livre à paraître le 16 septembre intitulé "La France n’a pas dit son dernier mot".

Plus tôt mercredi, la cour d’appel de Paris avait relaxé le polémiste qui était poursuivi pour injure et provocation à la haine après une violente diatribe contre l’islam et l’immigration, prononcée en 2019 lors d’une réunion politique.

En première instance, le chroniqueur de 63 ans avait été condamné pour ces propos à 10.000 euros d’amende.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK