France: la cagnotte pour les forces de l'ordre est-elle truquée? Leetchi assure que non et se défend sur Twitter

La cagnotte pour les forces de l'ordre est-elle fausse? Leetchi assure que non et se défend sur Twitter
2 images
La cagnotte pour les forces de l'ordre est-elle fausse? Leetchi assure que non et se défend sur Twitter - © Tous droits réservés

La cagnotte en ligne pour les forces de l'ordre blessées lors des manifestations des "gilets jaunes" lancée mardi par le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur Renaud Muselier, atteint, vendredi, plus de 1.400.000 euros. Et ce alors que le patron de la police nationale française a estimé que les forces de l'ordre n'avaient pas "besoin de cagnotte". 

Juste après la création de cette cagnotte, des internautes ont mentionné des activités suspectes durant la nuit. D'après leurs données, repérées par Le Parisienles gains sont passés de près de 630.000 euros à 2 heures du matin à environ 850.000 euros à 6 heures. De plus, ces dons auraient été versés à des rythmes très constants. 

Beaucoup crient donc à l'arnaque, à l'utilisation de bots (en clair: un programme informatique automatisé qui simule le comportement humain ou qui effectue des tâches répétitives) pour fausser le résultats. Mais pourtant, il n'en est rien selon la plateforme Leetchi, qui s'est défendue sur Twitter. "Nous avons en effet reçu dans un laps de temps très court un volume exceptionnellement élevé de contributions. Or, avant d'être affiché, chaque don fait l'objet d'un traitement automatisé, afin notamment de garantir la sécurité du donateur."

Les arguments de la plateforme n'ont pas convaincu tout le monde, mais en tout cas Leetchi l'assure, l'argent existe bel. Selon celui qui l'a lancée, la somme sera redistribuée à l'Amicale de la police nationale. 

Une sorte de "pare-feu" a d'ailleurs été ajouté sur leur site. Objectif: éviter les attaques par "déni de service", qui visent à inonder un site de requêtes pour l'empêcher de fonctionner. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK