France: l'affaire Bettencourt s'invite dans la campagne

Patrice de Maistre (G) et son avocat Pierre Haïk (D)
Patrice de Maistre (G) et son avocat Pierre Haïk (D) - © AFP

Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt reste en détention. Il est soupçonné notamment d'avoir organisé des versements occultes au bénéfice de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le PS demande que le candidat-président s'explique.

La Cour d'appel de Bordeaux a confirmé le maintien en détention de Patrice de Maistre, au moins jusque jeudi prochain.

L'avocat de l'ancien homme de confiance de Liliane Bettencourt se dit "extrêmement déçu". Pierre Haïk estime que la justice "bafoue un principe fondamental" en refusant de libérer son client.

Abus de bien sociaux

Patrice de Maistre a été mis en examen jeudi dernier pour la perception de près de trois millions d'euros dans le cadre d'une convention entre la société Eugenia dont il était le gérant et Liliane Bettencourt, alors en situation de vulnérabilité précise-t-on du côté de l'agence Reuters.

Le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt avait déjà été mis en examen pour escroquerie et abus de confiance. Par ailleurs, on soupçonne aussi Patrice de Maistre d'avoir effectué des versements occultes au bénéfice de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. On parle d'au moins 800 000 euros pendant cette période. Et de quatre millions en tout, selon le Journal du Dimanche.

Le PS demande des explications

Ces nouveaux développements de l'affaire autour de l'héritière de L'Oréal amènent le Parti socialiste à demander des explications de la part du président-candidat, directement mis en cause. "Longtemps, cette affaire Bettencourt a tourné autour de Nicolas Sarkozy. Il est aujourd'hui directement mis en cause", a déclaré Benoît Hamon, le porte-parole du PS. "Il est présumé innocent bien sûr. Ce que nous lui demandons c'est qu'il cesse de fuir, de s'échapper, de s'abriter derrière d'autres et qu'il s'explique sur la réalité de ces rendez-vous et le fait que des faits supplémentaires attesteraient de l'hypothèse d'un financement illégal de sa campagne", a-t-il ajouté.

"Pour dissiper les doutes qui existent, les interrogations et les questions, il faut que le président de la République parle", a insisté Benoît Hamon.

Âgée de 89 ans à présent, Liliane Bettencourt a été placée sous la tutelle de ses enfants. Elle ne siège plus au Conseil d'administration de L'Oréal. C'est l'aîné de ses petits-fils qui a repris le flambeau en février dernier.

RTBF avec agences

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK