France et Italie en alerte suite à des fortes pluies et inondations

Des routes ont été coupées dans les Pyrénées-orientales et un camping évacué dans l'Aude, deux des six départements du sud de la France placés - avec l'Andorre - en vigilance orange pour pluies et inondations jusqu'à mercredi soir, un an après les inondations meurtrières de l'Aude.

L'Aveyron, le Gard et le Tarn ont rejoint en fin d'après-midi les Pyrénées-Orientales, l'Aude, l'Hérault et la principauté d'Andorre, en alerte depuis mardi matin. Les trois départements littoraux sont également en vigilance orange pour des vagues submersion.

Cet "épisode méditerranéen pluvio-orageux marqué" nécessitant un suivi particulier pour son intensité et sa durée intervient un an après d'importantes inondations dans l'Aude, dues à un phénomène identique, ayant fait 14 morts et plus de 200 millions d'euros de dégâts. . 

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a lancé mardi un appel "à la plus grande prudence et au respect des consignes" préfectorales et municipales.

Tandis que les préfectures des Pyrénées-Orientales et de l'Aude ont activé leur Centre opérationnel départemental, mobilisant respectivement 246 et 340 sapeurs-pompiers, la Sécurité civile a déployé un dispositif comptant 90 sapeurs-pompiers, 70 sapeurs-sauveteurs et trois hélicoptères. 

Pic attendu entre 2 et 5 heures

Dans les Pyrénées-Orientales, cinq départementales ont été coupées essentiellement sur le littoral, après l'inondation des rues menant au front de mer dans la commune de saint-Cyprien, selon la préfecture. 

En début de soirée, les pompiers menaient des interventions de reconnaissance. 

Dans l'Aude, la préfecture a annoncé l'évacuation, en fin d'après-midi, des résidents du camping Le Pavillon à Sigean, hébergés dans un gymnase. 

Dans ces deux départements, le pic du phénomène est attendu entre 2H et 5H dan sla nuit de mardi à mercredi. 

La préfecture des Pyrénées-Orientales a mis en garde contre des cumuls de précipitations attendus "de 100mm à 150mm de manière généralisée et jusqu'à 200 mm de façon localisée", ainsi que des "vagues de 3 à 5 m attendues sur le littoral".

Dans l'Aude, l'épisode a "commencé plus tardivement que prévu", avec en fin d'après-midi des cumuls de 25 à 30mm, selon la préfecture. Deux cours d'eau, la Cesse et la Berre qui se jette dans la commune littorale de Port-la-Nouvelle, ont été placés en vigilance orange pour crues. 

Des cumuls jusqu'à 250 mm

Outre l'activité électrique due aux orages, des chutes de grêle et de violentes rafales de vent sont aussi attendues sur l'arc méditerranéen.

Les cumuls prévus sur l'ensemble de l'épisode sont de l'ordre de 100 à 150 mm généralisés, localement 200 à 250 mm. 

En fin d'après-midi, le Tarn et l'Aveyron avaient déjà connu des averses "localement orageuses mais sans donner de cumuls importants", selon la préfecture du Tarn. 

Après une accalmie dans la soirée, "une perturbation pluvio-orageuse plus intense abordera le Tarn puis gagnera rapidement l'Aveyron" du milieu de la nuit à mercredi, frappant particulièrement leur relief sud. Selon la préfecture, "de fortes précipitations se produiront également sur les départements limitrophes de la Haute- Garonne et de l'Ariège avec des cumuls souvent compris entre 30 et 50mm localement"

Le Gard sera touché plus tardivement.

Les vents de secteur Est très forts en Méditerranée constituent un facteur aggravant, qui risque de contrecarrer l'écoulement des eaux vers la mer, selon Météo-France. Ce contexte pourrait générer des phénomènes tourbillonnaires, accentuant alors le potentiel destructeur des rafales dans la nuit de mardi à mercredi et mercredi matin.

En Italie aussi

Un chauffeur de taxi est mort noyé en Italie durant de violents orages qui ont provoqué des inondations et détruit un pont dans le nord de l'Italie, ont indiqué mardi les pompiers.

Le taxi a été emporté dans la ville de Capriata d'Orba (région du Piémont, au nord-ouest), à l'endroit où un pont s'est également écroulé. Un passager a réussi à s'extirper du taxi et a survécu en s'accrochant à un arbre, selon les médias italiens.

Une centaine de personnes ont été évacuées de leurs maisons lundi en Ligurie (nord-est), tandis que les pompiers ont dénombré 900 opérations de secours entre Gênes et Milan, où des routes et des voies ferrées ont été inondées et où le trafic a été ponctuellement suspendu.

Le niveau du fleuve Pô, qui traverse l'Italie d'ouest en est et dont la plaine est exploitée par l'agriculture et l'élevage, a grimpé de 3,5 mètres en vingt-quatre heures, a signalé pour sa part Coldiretti, principale association agricole italienne.

Selon Coldiretti, "sous l'effet des changements climatiques", l'Italie a subi "plus de trois tempêtes par jour depuis le début de l'automne avec des inondations, des rafales de vent et de la grêle, avec une fréquence de 18% supérieure à la même période de l'an passé".

La nouvelle perturbation a touché "les régions les plus fragiles de la péninsule comme le Piémont et la Ligurie, dont 100% des communes sont à risque hydro-géologique".

En outre, ces zones sont rendues "encore plus fragiles par la bétonnisation et l'abandon des terres agricoles qui a fait disparaître 28% des superficies cultivées en 25 ans" sur le territoire italien, avec une réduction des terres utilisables à 12,8 millions d'hectares, selon Coldiretti.
 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK