France: Eric Woerth rattrapé par l'affaire de Compiègne

RTBF
RTBF - © RTBF

Au plus fort de l'affaire Bettencourt qui a défrayé la chronique française cet été, un second dossier concernant l'ancien ministre du Travail de Nicolas Sarkozy avait été exhumé. Celui-là, qui concerne la vente d'un terrain de l'Etat en forêt de Compiègne, vaut à Eric Woerth une enquête.

C'est la Cour de justice de la République, seule habilitée à juger des ministres ou d'anciens ministres en France pour des crimes ou délits commis dans l'exercice de leurs fonctions, qui a ouvert l'enquête diligentée contre l'ancienministre du Travail Eric Woerth. Celle-ci avait été requise par le Procureur général de la République, Jean-Louis Nadal, "aux fins d'informer". La Commission des requêtes, première instance saisie en novembre dernier, vient de donner son veut vert pour que l'enquête soit menée par trois magistrats instructeurs. Il ne s'agit donc pas, à ce stade, d'une mise en examen.

L'enquête porte sur les conditions dans lesquelles l'Etat français a vendu une parcelle située dans la forêt de Compiègne à une société de courses hippiques pour un montant de 2,5 millions d'euros. Un montant jugé étonnamment faible par certains, alors que la parcelle en question fait pas moins de 57 hectares, et qu'elle comprend un hippodrome et un golf.

A l'époque ministre du Budget, Eric Woerth aurait fait procéder à la vente juste avant son départ pour le ministère du Travail.

La presse française, en particulier le journal satirique Le Canard enchaîné et l'hebdomadaire Marianne, rapportait qu'Eric Woerth, maire de Chantilly, était intervenu personnellement dans ce dossier. La vente aurait été conclue "de gré à gré sans enchère, ni appel d'offres", à un "familier" d'Eric Woerth,précisait même le Canard en juillet 2010. Mais l'ancien ministre, éreinté par l'affaire Bettencourt et débarqué du gouvernement lors du remaniement de l'automne 2010, nie toute malversation dans ce dossier, se retranchant derrière l'aval donné par les services du Premier ministre.

 

T.N. avec agences

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK