France: enquêtes ouvertes sur des violences policières présumées lors de la manifestation du 1er mai

France: enquêtes ouvertes sur des violences policières présumées lors de la manifestation du 1er mai
France: enquêtes ouvertes sur des violences policières présumées lors de la manifestation du 1er mai - © ZAKARIA ABDELKAFI - AFP

La "police des polices" a été chargée d'enquêter sur de possibles violences des forces de l'ordre lors de la manifestation du 1er mai à Paris après la diffusion de plusieurs vidéos, dont l'une montrant un policier mettant sa matraque dans le pantalon d'un homme interpellé, a-t-on appris de source policière.

Sur ces images, on voit notamment des policiers en civil, casqués, interpeller un homme au milieu d'une foule sur le boulevard du Montparnasse, au sud de la capitale. Plusieurs manifestants scandent "tout le monde déteste la police".

Un policier introduit alors sa matraque télescopique dans le pantalon, au niveau des fesses, de l'homme interpellé. Ce dernier est ensuite exfiltré de la foule.


►►► A lire aussi: "Débordements gravissimes": des manifestants ont-ils vraiment envahi un hôpital parisien le 1er mai?


Le préfet de police de Paris a saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour qu'elle enquête sur ces faits mais aussi sur deux autres cas de violences présumées révélées par des vidéos.

La première montre un policier casqué giflant brutalement un manifestant, la seconde un autre membre des forces de l'ordre lançant un pavé lors de la manifestation.

Dans les trois cas, le parquet de Paris a également ouvert une enquête judiciaire et confié les investigations à l'IGPN.

Le défilé traditionnel du 1er mai s'est déroulé à Paris dans une ambiance tendue avec des heurts qui ont éclaté avant le départ du cortège et se sont poursuivis tout au long du parcours.

"S'il y a faute, il y aura sanction, sanction administrative et sanction judiciaire", a déclaré vendredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors d'un point presse.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK