France : 40 ans après, le procès de l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic aura-t-il lieu ?

Quarante ans après l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic à Paris, la cour d’appel de Paris doit dire ce mercredi si elle renvoie l’unique suspect devant une cour d’assises ou si elle confirme le non-lieu, vivement contesté par les victimes.

Cette décision dans ce dossier, l’un des plus vieux de l’antiterrorisme français, est très attendue. Aussi bien par les victimes qui espèrent un procès que par le suspect, Hassan Diab, un universitaire libano-canadien de 66 ans qui n’a cessé de clamer son innocence.

Le 3 octobre 1980, l’explosion d’une bombe sur une moto devant une synagogue du XVIe arrondissement de la capitale, avait fait quatre morts et 46 blessés.

Pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale, des personnes étaient tuées en France dans un attentat visant la communauté juive.

Des charges "insuffisantes" ?

Depuis trois ans, les victimes espèrent voir infirmer le non-lieu accordé à Hassan Diab, accusé d’avoir posé la bombe de cet attentat attribué au Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS), un groupe issu en 1975 d’une scission du FPLP fondé par Georges Habache et Ahmed Jibril.

En janvier 2018, les juges antiterroristes ont en effet, contre l’avis du parquet, renoncé à renvoyer aux assises le suspect, considérant que les charges réunies contre cet ancien étudiant de Beyrouth n’étaient "pas suffisamment probantes".

Hassan Diab, après trois ans de détention provisoire en France, s’était envolé immédiatement pour le Canada.

Il y mène désormais une bataille contre la justice de son pays qui avait autorisé son extradition fin 2014. Un éventuel procès se déroulerait probablement en son absence.

Bataille d’expertises

Le 26 novembre, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris avait rouvert les débats après avoir reçu une énième expertise graphologique sur une fiche au cœur du débat judiciaire.

Pour l’accusation, l’acquéreur de la moto et poseur de la bombe est cet homme qui voyageait sous une fausse identité chypriote et a laissé derrière lui une fiche d’hôtel manuscrite de cinq mots : "PANADRIYU, ALEXANDER, LARNACA, Cyprus, technician".

Pas de certitudes, mais…

Depuis la demande d’extradition formulée en 2008 par le juge antiterroriste Marc Trévidic, huit expertises graphologiques privées produites par la défense sont venues contredire trois experts français différents.

Et dans l’ultime contre-expertise, rendue en novembre 2019, les trois nouveaux experts ne tranchent pas la question, mais concluent qu'"il n’est pas possible d’exclure" que Hassan Diab soit l’auteur de cette fiche.

Ce dernier est apparu en 1999 dans le collimateur des enquêteurs, quand ils mettent la main sur son passeport retrouvé dix-huit ans plus tôt sur un membre du FPLP/OS arrêté à Rome. Les tampons attestent un séjour en Europe du 20 septembre au 7 octobre 1980.

Mais Hassan Diab assure qu’il avait perdu son passeport depuis plusieurs semaines et qu’à cette période il passait ses examens à Beyrouth.

A l’audience, le parquet général a maintenu ses réquisitions de renvoi. Tout en admettant des "doutes" sur la présence de Hassan Diab à Paris le jour de l’attentat, le ministère public estime que le faisceau d’indices réuni par les enquêteurs mérite d’être débattu devant une cour d’assises.

"Je ne comprends pas ce non-lieu alors que l’extradition n’a pas été acceptée à la légère" par la justice canadienne, avait abondé le jour de l’audience Corinne Adler, l’une des jeunes filles qui célébraient leur bar-mitzvah lors de l’explosion qui avait fait s’écrouler la verrière.

Craignant de ne jamais obtenir un procès, elle voulait assister aux débats, mais la cour avait décidé de prononcer le huis clos.

Si un procès est finalement ordonné, "ce serait un grand aboutissement et la démonstration que la justice ne doit jamais lâcher", estime Me Eric Morain, l’avocat du policier qui était en faction devant la synagogue.

Pour la défense de Hassan Diab, assurée par Mes William Bourdon, Apolline Cagnat et Amélie Lefebvre, "cette ordonnance de non-lieu, en toute logique, doit être confirmée, compte tenu de l’importance des éléments à décharge".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK