France: 30 euros "d'amende de principe"pour offense à Sarkozy

Militant du réseau Education sans frontière (RESF) et proche des mouvements altermondialistes, Hervé Eon était jugé par le tribunal de Laval (Ouest) pour avoir brandi au passage de la voiture présidentielle une pancarte portant cette invective.

Le tribunal l'a condamné dans son jugement à "une amende de principe de trente euros avec sursis".

La pancarte reprenait la phrase "casse-toi pauvre con" lancée en février dernier par le président français à un homme qui refusait de lui serrer la main lors d'une visite au Salon de l'agriculture à Paris, selon une vidéo largement diffusée sur internet.

"Si le prévenu n'avait pas eu l'intention d'offenser, mais seulement l'intention de donner une leçon de politesse incongrue, il n'aurait pas manqué de faire précéder la phrase "Casse-toi pov'con" par une formule du genre "on ne dit pas"", a toutefois fait valoir le tribunal.

Le parquet de Laval, qui avait engagé les poursuites, avait requis 1.000 euros d'amende à l'encontre d'Hervé Eon, un ancien élu local socialiste, estimant que "lorsqu'on insulte le président, on insulte l'institution".

H. Eon a décidé de faire appel de cette condamnation, a-t-il indiqué. Son avocate, Me Dominique Noguères, avait plaidé la relaxe, estimant que le délit d'offense n'était pas constitué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK