Formule 1: violent crash de Jules Bianchi, son opération est terminée

Jules Bianchi, pilote de Formule 1 pour l'écurie Marussia.
Jules Bianchi, pilote de Formule 1 pour l'écurie Marussia. - © ALEXANDER KLEIN - BELGAIMAGE

Le pilote de Formule 1 Jules Bianchi est sorti de la piste au Grand Prix du Japon, heurtant l’arrière d'une grue occupée à dégager la Sauber d’Adrian Sutil, qui était lui aussi sorti de la piste auparavant. La course a rapidement été interrompue pour ne plus reprendre et le pilote Français, grièvement blessé, a été transféré à l'hôpital général de Mie, à quelques kilomètres du circuit de Suzuka.

Les visages étaient crispés dans le paddock et la direction de course a décidé de ne pas déboucher le champagne sur le podium. Jamais les images du crash n'ont été diffusées pendant le direct. Autant de signes qui laissent présager de la gravité de l'accident.

Jules Bianchi a été évacué en ambulance depuis le circuit pour rejoindre l'hôpital général de Mie. Il devait dans un premier temps être évacué en hélicoptère, mais les conditions météorologiques difficiles, dues à la proximité du typhon Phanfone, ne lui ont guère permis de décoller.

Le pilote français de 25 ans souffre d'un grave traumatisme crânien, une information confirmée par son père à France 3, ainsi que par un communiqué de la FIA révélant les résultats de son scanner. Il a dès lors subi une opération chirurgicale à la tête, laquelle s'est terminée peut après 22 heures locales (15 heures en Belgique), selon le responsable de la communication de l'écurie Ferrari, dont Jules Bianchi est membre de l'académie pour jeunes pilotes. À l'heure actuelle, il a été placé en soins intensifs et, selon une information du journal L'Équipe, relayée par notre partenaire F1i, il respirerait sans assistance.

Aucune autre information ne sera communiquée par l'hôpital Mie General de Yokkaichi ce dimanche quant à la situation médicale de Jules Bianchi. "Aucune déclaration officielle cette nuit, ceci afin de respecter la volonté de la famille", s’est contenté de déclarer un porte-parole de la Scuderia Ferrari.

Pour sa deuxième année en Formule 1, le talentueux Niçois s’est distingué cette saison en inscrivant les premiers points de sa carrière, mais aussi et surtout les premières unités de l'histoire de la modeste écurie Marussia en terminant neuvième au Grand Prix de Monaco. Petit protégé de l'écurie Ferrari, beaucoup d'observateurs du paddock estiment qu'il est promis à un grand avenir en Formule 1.

Thomas Mignon avec notre partenaire F1i

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK