Fifagate: jugés coupables, deux ex-barons du foot sud-américains placés en détention

Le Brésilien José Maria Marin, reconnu coupable à New York dans le scandale "Fifagate", photographié en se rendant à son procès le 15 novembre 2017 à New York
3 images
Le Brésilien José Maria Marin, reconnu coupable à New York dans le scandale "Fifagate", photographié en se rendant à son procès le 15 novembre 2017 à New York - © Don EMMERT

Un jury new-yorkais a déclaré vendredi coupables deux des trois ex-responsables sud-américains du football accusés d'avoir perçu des millions de dollars de pots-de-vin, après un procès qui a étalé au grand jour la corruption du sport le plus populaire au monde.

Après six jours de délibérations, l'ancien patron de la puissante fédération brésilienne José Maria Marin, 85 ans, a été déclaré coupable de six des sept chefs d'inculpation contre lui, notamment d'avoir participé à l'organisation de cette corruption, de fraude bancaire et de blanchiment d'argent. Il était accusé d'avoir touché 6,55 millions de dollars de pots-de-vin.

L'ancien président de la fédération paraguayenne et de la confédération sud-américaine Conmebol Juan Angel Napout, 59 ans, a été déclaré coupable de trois des cinq chefs d'inculpation le visant, étant absous de deux chefs de blanchiment. Il était accusé d'avoir perçu 10,5 millions de dollars de pots-de-vin.

La fédération internationale de football (Fifa), basée en Suisse, a réagi au verdict en affirmant être une "victime" dans cette affaire. "La Fifa va maintenant prendre toutes les mesures nécessaires pour obtenir restitution et récupérer les pertes causées par leur faute," a déclaré un porte-parole.

MM. Marin et Napout, jusqu'ici en liberté surveillée, ont immédiatement été placés en détention. Les chefs retenus contre eux requièrent au minimum dix ans de prison.

Verdict partiel

Ce verdict est cependant partiel: les jurés ne sont pas encore parvenus à trancher le sort du troisième accusé de ce procès, l'ex-président de la fédération péruvienne Manuel Burga, 60 ans. Ils doivent reprendre mardi leurs délibérations au tribunal fédéral de Manhattan.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK