Félix Tshisekedi prévient Joseph Kabila qu'il "ne veut plus de report des élections" en RDC

Le Cap pour le changement (Cach) "met sévèrement en garde M. Joseph Kabila et prévient qu'il n'acceptera pas un autre report même d'un jour"
Le Cap pour le changement (Cach) "met sévèrement en garde M. Joseph Kabila et prévient qu'il n'acceptera pas un autre report même d'un jour" - © LUIS TATO - AFP

La coalition autour du candidat d'opposition Félix Tshisekedi a prévenu vendredi qu'elle n'accepterait plus aucun "report" même "d'un jour", dans sa première réaction à l'annonce faite la veille sur la nouvelle date des élections fixée au 30 décembre par la commission électorale de la République démocratique du Congo (RDC).

Le Cap pour le changement (Cach) "met sévèrement en garde M. Joseph Kabila et prévient qu'il n'acceptera pas un autre report même d'un jour", selon les termes de la déclaration politique faite par cette coalition d'opposition vendredi.


►►► À lire aussiRDC: c'est confirmé, les élections sont reportées au 30 décembre 2018


Le Cach est composé de deux principales forces d'opposition: l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS, parti historique d'opposition) et l'Union pour la Nation congolaise (UNC). Vital Kamerhe s'est désisté en faveur de Tshisekedi à la présidentielle du 30 décembre, après que les deux hommes se soient retirés d'un accord signé avec sept autres leaders d'opposition en novembre à Genève.

Cette déclaration lue au siège de l'UDPS en présence de Félix Tshisekedi et de son allié Vital Kamerhe indique également que la coalition "affirme poursuivre sa campagne" jusqu'au 28 décembre.

"Ligne rouge"

Le Cach "appelle le peuple congolais à se mobiliser en vue d'obtenir les élections au 30 décembre 2018, par des actions pacifiques d'envergure, et au cas contraire poursuivre ces actions et même les amplifier jusqu'au départ du régime de Joseph Kabila".

"Cach demeure convaincu que Joseph Kabila ne veut ni quitter le pouvoir ni organiser les élections au terme du nouveau délai annoncé", ajoute la déclaration. "Le 30 décembre, c'est la ligne rouge", a insisté le secrétaire général de l'UDPS, Jean-Marc Kabund. "Par cette position, nous voulons mettre le pouvoir dos au mur. (...) Ils veulent nous distraire pour que si nos militants se révoltent qu'on leur colle des infractions mensongères", a expliqué celui qui se présentera à la présidentielle, devant les partisans de sa coalition, avant la lecture de la déclaration.

"C'est une position courageuse", a-t-il dit. "De mon vivant (...), je fais le serment de ne jamais vous trahir, je ne trahirai jamais le peuple", a-t-il dit. La coalition "condamne avec la dernière énergie cette énième forfaiture de Joseph Kabila qui grippe le processus électoral pour le maintenir également au pouvoir".

C'est le troisième report de ces élections qui doivent organiser la succession de Joseph Kabila depuis la fin du deuxième et dernier mandat du chef de l'État le 20 décembre 2016.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK