Le président Félix Tshisekedi concrétise à Bruxelles le réchauffement belgo-congolais

Le Premier ministre Charles Michel reçoit le président congolais Félix Tshisekedi dans la cour d'honneur du palais d'Egmont.
5 images
Le Premier ministre Charles Michel reçoit le président congolais Félix Tshisekedi dans la cour d'honneur du palais d'Egmont. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Arrivé hier en Belgique, le président de République démocratique du Congo a mené aujourd’hui cette visite officielle attendue qui concrétise le réchauffement entre les deux pays. Le Premier ministre Charles Michel a accueilli Felix-Antoine Tshisekedi dans la cour d’honneur du Palais d’Egmont.
 

Une "réunion gouvernementale" a réuni les principaux membres du gouvernement fédéral, dont Charles Michel et Didier Reynders, ainsi que le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo. Elle s’est conclue par la signature de trois mémorandums d’entente portant sur :

  • la tenue régulière de consultations politiques bilatérales, la réouverture du consulat belge à Lubumbashi et du consulat congolais à Anvers, un appui à l’Ecole nationale de l’administration (ENA) à Kinshasa ainsi que la formation de diplomates congolais ;
  • la reprise progressive de la coopération au développement, en commençant par la définition d’un programme transitoire ;
  • la relance d’une coopération en matière de finances, une reprise de la coopération au niveau des Banques centrales a également été examinée.

"C’est un programme de transition, parce qu’un nouveau programme de coopération devrait être défini par un nouveau gouvernement (de plein exercice)", nous explique le ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo. "Mais on veut poursuivre ce qui existe pour l’instant, dans la formation professionnelle, les soins de santé et l’agriculture." Le gouvernement belge se dit aussi en phase d’observation sur l’évolution de la RDC après les élections de fin 2018. "Le nouveau président doit prouver qu’il peut améliorer la situation pour la population, qu’il peut combattre la corruption et l’insécurité. On essaie ici de faire avancer les choses, mais il y a des attentes énormes quant aux réalisations du président", explique Alexander De Croo.

Aucun accord n’a en revanche été signé en matière de coopération militaire, alors que Felix Tshisekedi s’était, dans une interview au journal Le Soir, montré demandeur pour une réhabilitation du camp d’entraînement commando de Kota-Koli et de la reprise de la coopération à Kindu, où l’armée belge a formé une brigade des Forces armées de la RDC (FARDC).

Manifestation devant le palais d’Egmont

Un groupe d’une centaine d’opposants congolais s’était rassemblé devant le palais d’Egmont. Tenus à distance par la police, ils ont conspué bruyamment la visite présidentielle, sans perturber la réunion gouvernementale. Ils dénonçaient en particulier les fraudes qui auraient permis l’élection de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat.

Les manifestants ont hué Felix Tshisekedi à sa sortie du Palais d’Egmont et chanté "Reynders collabo" en faisant référence au ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, qui a, comme l’ensemble du gouvernement fédéral et la communauté internationale, fini par admettre l’élection de M. Tshisekedi en dépit des contestations post-électorales. "Pseudo-président, usurpateur, pantin, honte nationale" indiquaient d’autres pancartes portées par les manifestants, dont plusieurs qualifiaient le président rwandais, jadis soutien de plusieurs rébellions en République démocratique du Congo (RDC), d'"assassin".


►►► À lire aussi : Felix Tshisekedi : "La Belgique est mon autre Congo. Je me sentirai toujours ici chez moi"


 

Tensions à Matonge

Cette visite de Felix Tshisekedi est très suivie par la communauté congolaise de Belgique. Hier, de nombreux partisans du président s’étaient rendus à l’aéroport de Melsbroek pour l’accueillir. Aujourd’hui, ses opposants se réunissent dans le quartier de Matonge à Ixelles. Depuis ce matin, environ 150 personnes dénoncent la visite dans une ambiance électrique. Certains manifestants affirment qu’on leur a proposé de l’argent pour rallier le camp des partisans du président.

Audience au Palais royal

En milieu de journée, le roi Philippe a reçu Felix Tshisekedi en audience au Palais royal, avant une photo officielle avec les épouses, la reine Mathilde et la première dame Denise Nyakeru.

Le président congolais a ensuite déposé une gerbe au tombeau du Soldat inconnu et ravivé la flamme brûlant devant la colonne du Congrès. Il rendait ainsi hommage aux victimes – notamment les soldats congolais – des deux Guerres mondiales et aux militaires décédés en mission de maintien de la paix à l’issue du second conflit mondial.

Dans l’après-midi, le président congolais s'est rendu au siège bruxellois de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) – avec en filigrane la signature d’accords avec le secteur privé – avant un dîner offert par la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture Belgique-Luxembourg-Afrique-Caraïbes-Pacifique (CBL-ACP) en soirée au Cercle gaulois, face au parlement.

La journée de mercredi, dans le cadre d’une visite devenue "de travail", mènera Felix Tshisekedi à Anvers. La soirée sera consacrée à une rencontre avec la diaspora congolaise vivant en Belgique et en Europe, dans le palais 12 du Heysel à Brussels Expo.

Jeudi, Felix Tshisekedi se rendra à Gembloux pour visiter le centre de recherche TERRA de la Faculté de Gembloux Agro-Bio Tech dépendant de l’Université de Liège et dédié à l’agriculture de demain.

La dernière visite d’un président congolais en Belgique remonte à septembre 2007 quand Joseph Kabila avait effectué un bref séjour à Bruxelles avant de se rendre à New York pour participer à l’Assemblée générale de l’ONU.

Reportage sur l’accueil par la diaspora congolaise dans notre 13h :

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK