Felipe et Letizia, les nouveaux jeunes souverains d'Espagne

Felipe et Letizia, les nouveaux jeunes souverains d'Espagne
5 images
Felipe et Letizia, les nouveaux jeunes souverains d'Espagne - © JAIME REINA - BELGAIMAGE

Moderne et discret, Felipe de Bourbon a été élevé dans un unique objectif: devenir roi d'Espagne. Un rôle taillé depuis l'enfance, qu'il assume aujourd'hui en prenant, à 46 ans, la succession de son père, Juan Carlos, dont l'abdication a été annoncée lundi. Son épouse Letizia, roturière, petite-fille d'un chauffeur de taxi, ancienne journaliste de télévision, deviendra donc la nouvelle reine.

Etudes à l'étranger, formation militaire: "Son objectif, son seul objectif, est de servir l'Espagne. Il lui a été inculqué, dans son for intérieur, qu'il doit en être le premier serviteur", a confié un jour la mère de Felipe, la reine Sofia.

Sa mission: assurer la continuité d'une monarchie parlementaire instaurée progressivement avec l'arrivée sur le trône en 1975 de Juan Carlos, désigné par le dictateur Francisco Franco comme son successeur. Son grand défi: convaincre, dans un pays où le soutien populaire à la monarchie a atteint un plus bas historique après une série de scandales qui l'ont cependant épargné.

Le visage sérieux mais souriant, d'apparence plus réservée que son père, le prince héritier a longtemps souffert de la comparaison avec Juan Carlos, beaucoup en Espagne se décrivant plus "Juan Carlistes" que monarchistes.

Mais les ennuis de santé à répétition de Juan Carlos, sa partie de chasse à l'éléphant au Botswana, en avril 2012, très controversée dans une Espagne enfoncée dans la crise, et l'enquête pour corruption visant sa fille cadette Cristina et l'époux de celle-ci, Iñaki Urdangarin, ont entamé la popularité du roi.

En même temps, la cote du prince s'est améliorée.

"Un certain équilibre entre les deux est en train de s'établir", soulignait début 2013 Antonio Torres del Moral, professeur de droit constitutionnel.

A neuf ans, en 1977, Felipe est nommé prince des Asturies et officiellement héritier de la couronne espagnole. Le garçon, encore blondinet, prononce son premier discours devant le Parlement.

Quatre ans plus tard, il prend sa première grande leçon, lors de la tentative de coup d'Etat du colonel Antonio Tejero, le 23 février 1981, qui sacralisera le roi comme bouclier de la démocratie espagnole.

Grand brun aux yeux bleus - il mesure 1,98 m -, l'élégant Felipe s'est attaché à cultiver une image de proximité et de modernité. Un pari aidé par son mariage en 2004 avec Letizia Ortiz, roturière, journaliste et divorcée, grande première dans l'histoire de la monarchie espagnole.

De leur union sont nées deux petites filles blondes, Leonor, en octobre 2005, et Sofia, en avril 2007. La famille a vécu jusqu'à présent loin du faste, dans une belle demeure construite pour Felipe dans le parc du palais de la Zarzuela, près de Madrid.

C'est dans la capitale espagnole qu'est né Felipe de Bourbon, le 30 janvier 1968. La légende dit que Juan Carlos s'est évanoui à l'annonce de la naissance de son unique héritier masculin après celles des infantes Elena en 1963 et Cristina en 1965. Les monarques avaient enfin leur futur roi, la Constitution espagnole donnant la préférence aux héritiers mâles.

Un rôle grandissant 

Son père appelle le jeune garçon à ses côtés. "Il voulait qu'il soit dans son bureau, avec lui, pour le voir agir", a expliqué la reine Sofia à la journaliste Pilar Urbano, des propos recueillis dans son livre "La Reina".

Après une dernière année de lycée au Canada, Felipe passe, de 1985 à 1988, par les écoles militaires des trois armées. Il fait aussi des études de droit à l'Université autonome de Madrid et passe un master de relations internationales à l'Université de Georgetown à Washington.

Au fil des années, il assume un rôle protocolaire grandissant et multiplie les activités publiques, notamment à l'étranger où il peut mettre à profit sa bonne maîtrise de l'anglais.

Il parle également très bien le catalan, un atout particulier en Catalogne, région du nord-est de l'Espagne à l'identité marquée où les aspirations nationalistes se sont renforcées avec la crise économique, contribuant à tendre les relations avec Madrid.

Depuis le printemps 2010, Felipe avait été amené à renforcer d'autant plus sa présence officielle que Juan Carlos accumulait les soucis de santé.

Pilote d'hélicoptère, amateur de football, Felipe est aussi très sportif, dans la tradition familiale. Il a même participé aux jeux Olympiques de Barcelone en 1992, au sein de l'équipe espagnole de voile.

Il a longtemps été considéré comme l'un des héritiers les plus convoités d'Espagne et la Maison royale a gardé le mutisme le plus total sur ses relations sentimentales, jusqu'à ses fiançailles, en novembre 2003, avec Letizia Ortiz.

 

Letizia, le vent de fraîcheur

Jolie, active, spontanée: l'arrivée de Letizia Ortiz Rocasolano, née le 15 septembre 1972 à Oviedo, dans les Asturies, est venue dépoussiérer l'image de la famille royale. "Doña Letizia a ouvert l'esprit de Don Felipe", affirmait un membre de sa famille au biographe britannique Andrew Morton.

Née dans une famille de la classe moyenne, d'une mère infirmière syndicaliste et d'un père journaliste, la jeune femme est déjà divorcée lorsqu'elle rencontre Felipe, héritier de la couronne et prince des Asturies, en 2002.

Leur relation sentimentale commence au printemps 2003. Elle sera tenue secrète jusqu'à l'annonce officielle de leurs fiançailles quelques mois plus tard, en novembre.

"Laisse-moi terminer! ", lance ce jour-là la jeune femme à Felipe, qui lui coupe la parole alors qu'elle répond aux questions des journalistes après la demande en mariage. Une fraîcheur de ton qui étonne.

"Intelligente, cultivée, ambitieuse, polie, femme aux nerfs d'acier", sont les termes le plus souvent choisis par ses anciens collègues pour la qualifier.

 

Pourtant, Letizia est tenue de gommer progressivement son caractère, du moins en public, pour occuper le rôle qui lui est attribué, celui de l'épouse discrète et attentive de l'héritier du trône espagnol.

Scrutée par la presse people, elle soigne de près son apparence, jusqu'à paraître d'une extrême minceur. En 2008, elle se fait opérer du nez, afin de régler un problème respiratoire selon les services du roi.

La jeune femme aux cheveux blonds et lisses, souriante, la démarche impeccable sur ses chaussures à hauts talons, est toujours à la pointe de la mode et reste fidèle aux créateurs espagnols, alternant les élégants tailleurs et les robes du soir, féminines et sophistiquées.

Durant ses premières années de princesse, Letizia peinera à gagner l'affection des Espagnols, qui lui reprochent d'être trop distante, trop froide. Certains acceptent mal qu'une "roturière" ait gagné le coeur du prince.

Un virage à 180 degrés se produit après le suicide de sa soeur, Erika, à l'âge de 31 ans, en février 2007.

Sortant de la messe d'enterrement, Letizia, alors enceinte, est en larmes et reste fermement accrochée au bras de Felipe. La voix tremblante, elle murmure à la presse: "Merci à toutes les personnes qui ont été attristées par la mort de ma petite soeur". Les Espagnols sont touchés et la princesse, mieux acceptée.

Au fil des années, elle sera de plus en plus présente dans les cérémonies officielles, toujours discrète au côté de son époux dont le rôle s'affirme de jour en jour.

De son union avec Felipe naissent deux petites filles blondes, Leonor, en octobre 2005, et Sofia, en avril 2007. La famille vit discrètement dans une maison du parc du palais de la Zarzuela.

Avant ses fiançailles avec Felipe, le visage de Letizia était déjà bien connu des Espagnols puisqu'elle présentait depuis septembre 2003 le journal télévisé de la première chaîne publique, TVE. Diplômée en Sciences de l'information de l'Université Complutense de Madrid, elle a exercé en tant que présentatrice et reporter pour la chaîne d'informations en continu CNN+, avant d'entrer en 2000 à TVE, après un début de carrière en presse écrite.

Elle a été mariée civilement pendant un an, de 1999 à 2000, à Alfonso Guerrero, un de ses professeurs de lettres avec lequel elle vivait depuis près de dix ans. Cette union civile n'a pas représenté aux yeux de l'Eglise un obstacle à son mariage avec Felipe.

Letizia a encore une jeune soeur, Telma.

 

Avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK