Face aux USA, l'Union européenne doit se rapprocher de la Chine

Nicolas Chapuis plaide pour un rapprochement entre la Chine et l'Union européenne.
Nicolas Chapuis plaide pour un rapprochement entre la Chine et l'Union européenne. - © CLEMENT SABOURIN - AFP

L'Union européenne doit se rapprocher de la Chine face aux perturbations de l'ordre économique et politique mondial engendrées par l'Amérique de Donald Trump, a affirmé vendredi à Pékin le nouvel ambassadeur de l'UE auprès de la Chine.

"Dans le triangle que forment les Etats-Unis, la Chine et l'Union (européenne), les trois plus grandes économies de la planète, l'urgence est au renforcement de la base du triangle que forment à mon avis l'Europe et la Chine", a déclaré Nicolas Chapuis lors d'une conférence de presse.

Le diplomate français, qui a pris ses fonctions cette semaine à Pékin, a été reçu à cette occasion par le président chinois Xi Jinping, au moment où la Chine est engagée dans une guerre commerciale avec les Etats-Unis.

"L'UE et la Chine peuvent faire beaucoup pour atténuer les perturbations que nous constatons aujourd'hui dans le commerce et l'économie mondiale", a plaidé le représentant de Bruxelles, qui connaît bien la Chine pour y avoir été en poste à cinq reprises durant sa carrière dans la diplomatie française.

"La Chine étant un moteur de la croissance mondiale, toute perturbation de ce moteur nuira non seulement à la Chine mais aussi au reste du monde", a-t-il averti. "Coopérer avec la Chine est pour nous un impératif absolu". Bruxelles souhaite notamment travailler avec la Chine à une réforme de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) et à la conclusion d'accords sur l'investissement et les indications géographiques protégées, a-t-il dit.

L'administration Trump a imposé à Pékin des droits de douane punitifs début juillet et menace désormais de quadrupler la mise. Les Etats-Unis s'en sont pris aussi à l'UE en frappant ses exportations d'aluminium et d'acier.

Mais Washington a levé fin juillet sa menace de sanctionner les automobiles européennes, lors d'une visite à la Maison Blanche du président de la Commission de Bruxelles, Jean-Claude Juncker.

La Chine est également dans le collimateur de l'Union européenne qui lui reproche différents obstacles mis à l'importation de produits de l'UE. Les investissements d'entreprises chinoises dans l'UE ont en outre été critiqués ces dernières années au nom de la sécurité nationale dans plusieurs pays de l'Union.

"Nous ne voulons pas moins d'investissements chinois, nous en voulons davantage", a déclaré à ce propos M. Chapuis. "Mais nous voulons faire en sorte, tout comme la Chine, que ces investissements soient durables, qu'ils profitent aux peuples de nos pays et qu'ils ne nuisent pas à la sécurité nationale", a-t-il dit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK