F. Timmermans: "Une Europe sans frontières ne peut pas survivre si on continue comme ça"

Frans Timmermans, vice-président de la Commission, participe ce vendredi à une réunion avec les autorités locales de l'île grecque de Kos
Frans Timmermans, vice-président de la Commission, participe ce vendredi à une réunion avec les autorités locales de l'île grecque de Kos - © EC - Audiovisual Service

Pour faire face à la crise migratoire que traverse l'Europe ces derniers mois, plusieurs pays évoquent, si pas la disparition, en tout cas une sérieuse réforme de l'espace Schengen qui prévoit la libre-circulation des personnes en son sein. Certains pays suggèrent le retour aux contrôles systématiques aux frontières entre l’Italie et la France ou entre la Pologne et l’Allemagne par exemple.

Le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, s'est exprimé sur le sujet ce vendredi matin depuis l'île grecque de Kos où débarquent de nombreux réfugiés. "Une Europe sans frontières ne peut pas survivre si on continue comme ça. Notre société s’est construite sur les bases d’une solidarité organisée qui serait complètement déstabilisée si on décidait que tout le monde peut venir" a-t-il dit.

Mais il a également rappelé les obligations morales et légales de l'Union européenne envers les réfugiés : "L’Europe ne peut pas survivre non plus si on abandonne nos valeurs et nos obligations légales vis-à-vis des personnes qui ont le droit à la protection quand ils fuient la guerre et les persécutions. C'est l'équilibre que l'Europe doit trouver maintenant". Frans Timmermans met aussi en garde contre la montée de la xénophobie qui pourrait découler de la situation actuelle : "Si on oublie ça, on oublie qui nous sommes et nous laissons l’Europe aux xénophobes et aux extrémistes qui vont la détruire".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK