Explosions à Dortmund: la piste islamiste privilégiée, un suspect interpellé

Après les explosions visant un bus de l'équipe de football du Borussia Dortmund qui ont fait mardi soir deux blessés dont le joueur Marc Bartra et un policier, le parquet fédéral allemand n'exclut aucune piste mais la police examine surtout la piste islamiste.

Deux suspects issus de la mouvance "islamiste" ont été identifiés, dont un a été interpellé à Wuppertal, selon l'agence de presse DPA. Certains médias ajoutent qu'il s'agirait d'un Irakien de 25 ans. Les autorités sont également à la recherche du second suspect, de nationalité allemande originaire de Frondenberg (Unna) et âgé de 28 ans.

Lettres de revendication de l'Etat islamique

Le parquet, seul compétent en matière de terrorisme, a pris en main l'enquête initialement ouverte pour "tentative d'homicide" en disant ce mercredi "partir du principe" que l'attaque de mardi avait une motivation "terroriste".

Les enquêteurs ont retrouvé trois lettres identiques sur la scène de la triple explosion, affirmant que l'attaque avait été organisée par un groupe islamique remonté face à l'engagement de l'Allemagne contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie. 

Ecrites "au nom d'Allah, le clément, le miséricordieux", elles évoquent aussi l'attentat sur un marché de Noël de Berlin le 19 décembre dernier, revendiqué par cette organisation jihadiste et réclament le retrait de Syrie des avions de combat Tornado allemands et la fermeture de la base militaire américaine de Ramstein, en Allemagne, qui sert notamment au programme de drones militaires envoyés en Syrie.

La police allemande a en tout cas interpellé un suspect de la mouvance "islamiste". L'enquête en cours s'est concentrée "sur deux suspects appartenant à la mouvance islamiste", dont l'un d'eux "a été interpellé", a déclaré le parquet à la presse.

Lors de la conférence de presse mercredi, le parquet a exprimé ses doutes sur la piste d'extrême gauche anti-fasciste. Un texte diffusé sur internet tard mardi affirmait que l'attaque a été menée contre le bus en tant que "symbole de la politique de BVB", ne luttant pas assez contre les racistes, nazis et populistes de droite.

Deux blessés

Les trois explosions se sont produites vers 19h15 à proximité de l'hôtel de l'équipe, que le bus venait de quitter, et visaient directement le véhicule, qui se rendait au stade pour un quart de finale aller de Champions League contre Monaco.

Les explosifs semblent avoir été dissimulés dans une haie et actionnés au passage du bus. Selon le quotidien Bild, les enquêteurs pensent avoir affaire à des bombes artisanales confectionnées avec des sections de tuyaux.

Un agent de police à moto a aussi été blessé. Le policier roulait à l'avant du bus pris pour cible, escortant l'équipe vers le stade. L'homme a été touché par l'explosion et est sous le choc.

Des vitres renforcées du bus ont partiellement volé en éclats et un joueur de l'équipe, le défenseur international espagnol Marc Bartra, 26 ans, a été blessé. Il a été opéré dans la soirée d'une fracture du poignet, avec succès selon le club, et soigné pour des coupures.

Match reporté, solidarité entre fans

L'équipe de Dortmund a repris l'entraînement ce mercredi et le match a été reporté à mercredi 18h45. Les mesures de sécurité ont été revues pour atteindre un niveau maximum au stade et dans la ville. "Nous ferons tout ce qui est possible pour que le match se déroule en toute sécurité", a dit le chef de la police.

A Munich aussi, où le Bayern affronte dans la soirée le Real Madrid, la sécurité des deux équipes a été renforcée.

Mardi, le public dans le stade est resté calme, selon le journaliste Bart Raes de Proximus 11 interviewé par la VRT. Les supporters de Monaco ont entonné des chants de soutien au Borussia.

Une initiative de solidarité a été lancée sur Twitter pour héberger les fans de Monaco qui auraient dû rentrer chez eux ce mercredi et qui resteront un jour de plus pour assister au match de ce mercredi soir.

Merkel se dit "horrifiée" par l'attaque

La chancelière allemande Angela Merkel a été "horrifiée" par la "répugnante" attaque à l'explosif contre l'équipe de football de Dortmund, a indiqué son porte-parole Steffen Seibert. "Comme les habitants de Dortmund et des millions d'autres personnes, la chancelière a été horrifiée par la nouvelle de l'attaque contre le bus du BVB", a-t-il dit à la presse.

Les enquêteurs "feront tout pour retrouver et traduire en justice le ou les coupables", a ajouté le porte-parole.

Par ailleurs, en signe de solidarité, le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière se rendra à Dortmund mercredi soir pour assister au match de quart de finale de Ligue des champions contre le club de Monaco.

Explosion à Dortmund

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK