L'explosion d'un oléoduc en Chine fait 47 morts, selon le dernier bilan

La déflagration survenue dans le port de Qingdao, dans la province du Shandong, a été très puissante, retournant des voitures et endommageant sévèrement des axes routiers, selon des photographies diffusées sur l'internet et les médias chinois.

Un précédent bilan, diffusé vendredi soir, faisait état de 35 décès et de 166 blessés. Il avait été relevé à 44 morts plus tôt samedi.

Plusieurs heures avant la catastrophe, une fuite avait été constatée sur cet oléoduc, qui appartient au géant pétrolier chinois Sinopec.

L'explosion s'est produite à un moment où des ouvriers tentaient de colmater cette fuite, avait indiqué le gouvernement local, dans un communiqué diffusé sur son compte officiel de microblogs.

Le président de Sinopec Fu Chengyu a déclaré samedi, dans un reportage de la télévision d'Etat, que le groupe "exprimait ses profondes condoléances" aux familles des victimes et "présentait de profondes excuses à l'ensemble du peuple chinois".

Il s'est par ailleurs engagé à ce que l'entreprise "détermine aussi vite que possible les causes de l'accident et fournisse des explications sérieuses".

Sinopec a précisé que cet oléoduc, mis en service en 1986, était long de 248 km et acheminait quelque 10 millions de tonnes de brut par an.

Les autorités de Qingdao s'employaient par ailleurs samedi à contenir les fuites d'hydrocarbures survenues la veille, alors que le brut échappé de l'oléoduc s'est finalement répandu dans la mer sur environ 3000 m2.

Des barrages flottants ont été installés tandis que 22 vaisseaux-nettoyeurs étaient déployés dans la zone, où doivent être versées 10 tonnes de dispersants, a rapporté l'agence officielle Chine nouvelle, citant le bureau de sécurité maritime de Qingdao.

Les accidents industriels sont fréquents en Chine, souvent en raison du manque de respect des normes de sécurité. Les accidents du travail ont fait près de 28 000 morts en Chine durant les six premiers mois de 2013, selon des statistiques officielles.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK