Explosions au Sri Lanka: les attentats commis "en représailles à Christchurch" selon l'enquête

Explosion au Sri Lanka: les attentats commis "en représailles à Christchurch" selon l'enquête
Explosion au Sri Lanka: les attentats commis "en représailles à Christchurch" selon l'enquête - © Tous droits réservés

Les premiers éléments de l'enquête sur les attentats qui ont fait plus de 300 morts au Sri Lanka, notamment dans des églises, montrent qu'ils ont été commis en représailles au carnage des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a déclaré mardi le vice-ministre srilankais de la Défense.

"Les investigations préliminaires ont révélé que ce qui s'était passé au Sri Lanka avait été commis en représailles à l'attaque contre les musulmans de Christchurch", a déclaré devant le Parlement Ruwan Wijewardene, en référence à l'attaque qui a fait 50 morts le 15 mars dans deux mosquées de la grande ville du sud de la Nouvelle-Zélande.

Les autorités ont également fait savoir qu'un un attentat suicide avait échoué dimanche contre un quatrième hôtel de luxe à Colombo.

Le secrétaire d'Etat à la Défense a précisé que deux groupes islamistes sri-lankais, dont le National Thawheed Jama'ut (NTJ), étaient sans doute impliqués dans ces attentats coordonnés qui ont visé des églises et des hôtels, faisant 321 morts, dont 38 étrangers, selon le dernier bilan communiqué mardi.

Le mois dernier, un Australien de 28 ans identifié comme un suprémaciste blanc, Brenton Harrison Tarrant, a abattu 50 personnes qui priaient dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch, et diffusé le carnage en direct sur Facebook.


 

Archives : Journal télévisé 16/03/2019

Au lendemain de l'attaque terroriste dans deux mosquées de Christchurch, on découvre le profil de l'auteur de ce carnage : Brenton Tarrant, fasciste autoproclamé, suprémaciste blanc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK