Exercices conjoints Iran, Chine et Russie dans l'océan Indien et le golfe d'Oman

Exercices conjoints Iran, Chine et Russie dans l'océan Indien et le golfe d'Oman
Exercices conjoints Iran, Chine et Russie dans l'océan Indien et le golfe d'Oman - © Tous droits réservés

L'Iran, la Chine et la Russie ont débuté vendredi des exercices navals conjoints dans l'océan Indien et le golfe d'Oman, qui doivent durer quatre jours et "montrer que l'Iran ne peut être isolé", a annoncé la Marine iranienne.

Ces manœuvres surviennent dans une période de tensions accrues dans le Golfe, depuis le retrait de Washington en mai 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien, suivi du rétablissement de sanctions américaines asphyxiant l'économie de la République islamique.   "Le message de ces exercices est la paix, l'amitié et la sécurité à travers la coopération et l'unité (...) et leur effet sera de montrer que l'Iran ne peut être isolé", a déclaré le contre-amiral Gholamreza Tahani à la télévision d'Etat. M. Tahani a ajouté que les manœuvres - auxquelles participent à la fois la Marine iranienne et les Gardiens de la Révolution - comprendraient le sauvetage de navires en feu ou en proie à un assaut de pirates, ainsi que des exercices de tir.  

La TV d'Etat a diffusé des images de ce qu'elle a dit être un bateau de guerre russe arrivant au port de Chabahar (sud-est), indiquant que des navires chinois étaient aussi en route, et qualifiant les trois pays de "nouveau triangle de pouvoir maritime".   "L'objectif de ces exercices est de renforcer la sécurité du commerce maritime international, de combattre la piraterie et le terrorisme, et de partager informations et expériences", a dit le contre-amiral.  

En mai 2019, privé des retombées économiques qu'il espérait de l'accord sur le nucléaire, l'Iran a commencé à s'affranchir de certains de ses engagements pris en vertu de l'accord signé à Vienne en 2015.   Ce désengagement vise notamment à mettre la pression sur les pays européens toujours engagés dans l'accord afin qu'ils l'aident à contourner les sanctions américaines.
 

Images: télévision iranienne