Ex-espion: la Maison Blanche indignée mais n'évoque pas une éventuelle responsabilité russe

Ex-espion: la Maison Blanche indignée mais n'évoque pas une éventuelle responsabilité russe
Ex-espion: la Maison Blanche indignée mais n'évoque pas une éventuelle responsabilité russe - © MANDEL NGAN - AFP

La Maison Blanche a exprimé lundi son indignation après l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal au Royaume-Uni, affirmant sa solidarité avec Londres mais refusant de se prononcer sur l'éventuelle responsabilité de Moscou dans cette affaire.

Une attaque "irresponsable" 

"L'utilisation d'un agent innervant mortel contre un citoyen britannique sur le sol britannique est une honte", a lancé Sarah Sanders, porte-parole de Donald Trump, dénonçant une attaque "irresponsable".

Interrogée sur le rôle de Moscou, la porte-parole de la Maison Blanche a esquivé. "Nous sommes au côté de notre allié et nous les soutenons pleinement", a-t-elle simplement répondu. La Première ministre britannique Theresa May a estimé lundi "très probable" que la Russie soit responsable de l'empoisonnement de l'ex-espion.

Soulignant que l'agent innervant utilisé était une substance de qualité militaire développée par la Russie, elle a donné jusqu'à mardi soir à Moscou pour fournir des explications. La Russie a immédiatement et vivement réagi, dénonçant une "provocation" et "un numéro de cirque" de Mme May lors de sa déclaration devant le parlement britannique. Le 4 mars, Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Youlia, 33 ans, ont été découverts empoisonnés sur un banc de la petite ville de Salisbury, en Angleterre. Ils sont dans un état "critique mais stable", en soins intensifs.

Espion russe assassiné en Angleterre : la scène du crime analysée Jt du 12/03

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK